Archives pour la catégorie Culture & éducation

Autour de l’éducation en Europe

Faut-il bannir l'anglais de la sphère européenne ?

Berlaymont Bruxelles - Together
Source: TPCom / Flickr

Qui dit sphère européenne dit Bruxelles. Tous les Bruxellois le savent, dans la capitale de l’Europe, on parle officiellement deux langues : le français et le néerlandais. Plus une qu’on oublie souvent: l’anglais. Pourquoi donc ? Tout simplement parce que le Bruxellois « moyen », à l’instar de l’Européen « moyen », ne parle pas ou peu l’anglais, et surtout parce qu’il ne traîne jamais dans le quartier « ghetto » européen, là où l’anglais est de mise, voire la seule langue admise dans certains bars de la place du Luxembourg…

Ainsi va la réalité euro-bruxelloise : pour réussir dans ce petit monde de pseudo-expatriés, mieux vaut parler l’anglais. Rien d’anormal a priori, l’anglais étant devenu la lingua franca. Là où le bât blesse est que cette langue est en passe de devenir la seule et unique langue pour qui veut travailler dans les affaires européennes !

Continuer la lecture de Faut-il bannir l'anglais de la sphère européenne ?

2013 : Année européenne de la frite !

2013 année européenne de la friteVoilà, après trois années difficiles pour l’Union Européenne et l’Euro, et à un an des prochaines élections européennes qui annoncent de gros changements (notamment la nomination d’un(e) nouveau/elle président(e) de la Commission européenne), 2013 s’annonce tout de même comme une belle année de transition vers plus de fédéralisme avec, au bout du tunnel, un vrai ministre européen de l’économie et des finances et surtout un réel budget, synonyme d’investissements dans des secteurs d’avenir créateurs d’emplois dans toute l’Europe.

D’ici là, la Commission nous invite tous à célébrer l’année européenne des citoyens

Continuer la lecture de 2013 : Année européenne de la frite !

Une journée au Parlamentarium de Bruxelles

Parlamentarium, kezako? Il s’agit en fait du tout nouveau centre des visiteurs du Parlement européen, inauguré le 14 octobre 2011.

Après deux semaines d’exposition non stop aux publicités placardées aux quatre coins de Bruxelles, j’ai finalement cédé : je suis allé visiter la chose…

Continuer la lecture de Une journée au Parlamentarium de Bruxelles

L'anglais, l'espéranto et moi…

En cette journée européenne des langues, il me semblait intéressant de rebondir sur les récents commentaires laissés par Krokodilo à propos du multilinguisme et de l’espéranto.

Ce n’est pas une surprise, l’anglais est la langue étrangère la plus enseignée et la plus parlée dans l’UE. A ce sujet, euObserver a publié une très bonne synthèse (en anglais)… Où l’on apprend notamment que les seuls adultes polonais, bulgares et baltes font exception avec le russe comme première langue étrangère parlée. Quelques autres faits intéressants en vrac :

  • 36,2% des adultes (25-64 ans) européens ne parlent que leur langue natale
  • 50% des élèves britanniques n’apprennent aucune langue étrangère
  • les meilleurs élèves parlent deux langues ou plus : Finlande, Slovénie, Slovaquie, Etats Baltes
  • les cancres: Hongrie, Portugal

Des chiffres à mon avis purement théoriques qui surévaluent la réalité. Si l’on prend l’exemple de la France qui, en théorie, se situe dans la moyenne, on se rend vite compte dans le monde professionnel que le Français « moyen » est juste nul en langues, même si son CV indique parfois un bilinguisme (acquis après deux semaines de séjour à l’étranger). Jugement hautement subjectif et difficilement quantifiable bien évidemment. Si l’on veut réussir professionnellement en Europe, mieux vaut donc savoir parler plusieurs langues et surtout une : l’anglais!
Continuer la lecture de L'anglais, l'espéranto et moi…

Europeana, nouveau plan cul… ture en ligne

J’en avais parlé l’été dernier, c’est maintenant une réalité… ou presque: Europeana, l’encyclopédie européenne en ligne, en réponse au programme de numérisation de livres par Google, a été officiellement lancée hier. S’inspirant d’une belle légende européenne, celle d’Icare, elle s’est élevée des tréfonds du web… avant de se crasher en catastrophe quelques heures plus tard. Après le démarrage bâclé d’EuroparlTV et surtout au regard des sites institutionnels européens tous plus inutilisables les uns que les autres, l’UE continue son odyssée du web raté. Victime de son succès, Europeana n’a pu résister aux 10 millions de connexions en une heure, à l’instar du géoportail de l’IGN (le « Google Earth » made in France) il y a un an. Sauf que contrairement à l’institut de cartographie réparé après quelques jours, Europeana s’excuse sur sa page d’accueil de ne pouvoir être disponible avant la mi-décembre. Je comprends que l’afflux d’internautes soit supérieur à celui connu par l’IGN et que cela nécessite plus d’investissement en serveurs. Mais 3 semaines d’attente, ça commence à faire! Malgré toute cette expérience web engrangée depuis des années, l’UE s’enlise dans une politique de communication en ligne qui sent bon l’amateurisme. Y-a-t-il des webmasters compétents à Bruxelles?

Quelques rares élus ont tout de même pu brièvement apercevoir la chose et pris une capture d’écran de la première page qui met en exergue les recherches les plus effectuées. Comment dire…

Continuer la lecture de Europeana, nouveau plan cul… ture en ligne

Europeana: Eldorado de la culture européenne ?

logo EuropeanaÇa commence à bouger au niveau d’Europeana, la future bibliothèque numérique européenne (à ne pas confondre avec la European library). Piquée au vif par Google en pleine folie de numérisation de livres, l’Union Européenne avait dégainé « son » projet de numérisation de la culture européenne.

La date de lancement est maintenant fixée : Novembre 2008. Avec des premiers chiffres qui laissent rêveur :

  • 2 millions d’ouvrages et de documents multimédias (œuvres musicales, tableaux, photographies, films) fin 2008 – 6 millions d’ici 2010.
  • 120 millions d’euros de budget alloués pour 2009 et 2010
  • 90 partenaires (musées, archives, bibliothèques, collections audio-visuelles)

Le concept? Viviane Reding, Commissaire à l’Information, le résume en quelques mots:

« La bibliothèque numérique européenne permettra à tous d’accéder facilement et rapidement, depuis leur pays d’origine ou depuis l’étranger, aux œuvres artistiques et littéraires européennes. Ainsi un étudiant tchèque pourra consulter les ouvrages de la British Library sans aller à Londres, tout comme un amateur d’art irlandais pourra admirer la Joconde sans subir les files d’attente du Louvre ».

Contrairement au projet mort né de « Google Killer », j’ai nommé feu Quaero, ce projet semble plutôt bien parti. Les partenaires en présence viennent de toute l’Europe et pas uniquement de l’UE. Citons notamment la Norvège. Mieux encore, on retrouve même les plus eurosceptiques, Danemark et Royaume-Uni en tête. Côté francophone, Europeana bénéficiera de l’apport de la BNF (qui livrera plus de 150 000 ouvrages d’ici la mi-2009) et surtout des archives audiovisuelles de l’INA.

Continuer la lecture de Europeana: Eldorado de la culture européenne ?

Archiver l'histoire de l'Union Européenne

Récemment, je recevais un mail du webmaster du site de l’ENA. Rassurez vous, je ne parle pas de l’insipide école franco-française mais du « European Navigator », une gigantesque base de données multimédia (15.000 documents en stock) consacrée exclusivement à l’histoire de la construction européenne. Une belle initiative publique « made in Luxembourg ». Après quelques billets peu positifs à l’égard du Grand Duché, je ne peux que m’incliner cette fois-ci.

Je connaissais déjà bien ce site que je consulte à mes heures perdues. Je le recommande vivement à tous les fans d’histoire et d’UE. Niveau contenu, ce site est une sorte de Wikipédia, mais spécialisée dans les archives audio-vidéos de l’UE: des discours des pères fondateurs jusqu’aux mots d’humour de Jean Claude Juncker. Un must!

Et puis, au détour d’une visite sur Youtube, voilà que je tombe sur l’équivalent institutionnel: le service audiovisuel de la Commission Européenne. Après quelques clics, je vous livre mon avis. Le site nécessite de se logger pour visualiser les contenus. C’est dommage voire inutile quand le visionnage des mêmes vidéos officielles (ou presque) se fait en un clic sur Youtube ou sur ENA.lu. Sous le coup de la paresse, j’ai laissé tomber. D’ailleurs, pourquoi ne pas avoir intégré Youtube directement sur le site?

Malgré leurs petits défauts, j’apprécie ces deux initiatives. Si j’avais des enfants, je saurais sur quel site web les laisser pour enrichir leur culture européenne. Un bel outil pédagogique pour tout parent, mais aussi pour les professeurs. J’aurais aimé avoir ce genre d’outil pour mes cours d’instruction civique.

Seul bémol, je ne peux m’empêcher de penser que tout cela satisfait les europhiles, dont je suis, mais quid de Mr tout le monde? Arrive-t-on sur ces sites comme on arrive sur une page Wikipédia au détour d’une banale session de surf? J’en doute fort et c’est pour moi le problème majeur de l’UE dans son inexistant programme de « formation continue », comprenez d’enseigner l’Europe aux adultes. Comment diriger le grand public vers ces pages à but pédagogique? Tel est devrait être l’enjeu central de l’UE.

Bientôt la fin des blogs européens!

Ce n’est pas Nostradamus qui l’a prédit! C’est une des dernières lubies venant du Parlement européen. Ça réfléchit dur à Strasbourg sur une éventuelle directive visant les blogs! A la base de ce brainstorming, un double constat:

  • Il y a de plus en plus de blogs et de lecteurs
  • Les blogs, de plus en plus influents, deviennent force de lobbying

L’instigatrice de cette lubie, l’eurodéputée estonienne, Marianne Mikko, résume la situation dans un rapport apparemment déjà dans les mains de la DG Culture et Education et qui pourrait être adopté par le Parlement: « Jusqu’à présent, la blogosphère était un espace de bonnes intentions, avec un discours relativement franc et ouvert. Cependant, du fait de leur banalisation et de leur multiplication, les blogs sont également utilisés par des personnes de moins en moins scrupuleuses. »

Avec une conclusion lapidaire de Madame la Députée: les blogueurs ne seraient pas une « menace », mais peuvent « polluer considérablement le cyberespace »…

Je ne sais pas pourquoi, ni comment cette députée en est venue à ce constat, mais il est là et pose la question d’une manière « franche et ouverte »: qui sont ces pollueurs du cyberespace visés implicitement?

Pour s’imaginer l’objet du débat, limitons-nous à la blogosphère européenne…

Continuer la lecture de Bientôt la fin des blogs européens!

Kouchner chanteur de hip-hop pour l'amitié franco-allemande

On le savait multi-talents, le Ministre français des affaires étrangères. Mais là, c’est fort! Bernard Kouchner, en visite officielle à Berlin avec le Président Sarkozy avant-hier à Berlin, y a rencontré son homologue allemand, Frank-Walter Steinmeier, non pas pour parler franco-allemand mais pour chanter! Accompagnés de Muhabbet, un chanteur de hip-hop allemand d’origine turque, les deux Ministres ont enregistré le single « Deutschland » pour chanter l’amitié franco-allemande et l’intégration, au sens large, en Europe.

Je ne suis pas certain que cette chanson aidera à enrayer la baisse de l’apprentissage de la langue du voisin de part et d’autre du Rhin, ni que ses ventes feront de l’ombre à Tokyo Hotel… Mais l’initiative, sympathique, méritait d’être soulignée. 🙂

[youtube]FcHasgVZZQE[/youtube]

New sounds of Europe 2007

Comme tout bon fan d’MTV qui se respecte, je n’ai pas pu manquer les Europe Music Awards hier soir, une cérémonie musicale au superlatif qui récompense les meilleurs artistes internationaux élus par le public européen, mais aussi les meilleurs artistes européens. A ce sujet, MTV a décerné le prix Nouveaux sons d’Europe 2007 à un groupe estonien dénommé Bedwetters.

Le titre s’appelle Dramatic Letter to Conscience. Ca sonne comme une oeuvre de jeunesse, mais ça bouge pas mal! Dommage aussi qu’ils ne chantent pas en estonien. Et vous, vous en pensez quoi?

[youtube]rejV7GDK9P0[/youtube]