Le web européen francophone en 2009

C’est frais, ça vient de sortir. Touteleurope.fr vient de mettre en ligne la 3ème version (déjà?) de sa cartographie des sites européens francophones. Un travail de fourmi, un peu gadget, mais incontournable pour tout internaute qui s’intéresse aux sujets européens. Alors que touve-t-on sur cette carte ? 2046 sites à ce jour ! Des blogs bien sûr, mais aussi les « incontournables » (= médias/journalistes, think tanks et institutions). Pour une fois, mon égo de blogueur sera satisfait, je suis enfin cartographié après avoir été oublié dans les précédentes versions. Au bout de 3 ans de blog, je sors de l’anonymat, l’honneur est sauf !

cartographie-touteleurope2009

Mentionnons également la présence d’un Top 50 des « sites les plus centraux de la Toile européenne », dont la pertinence reste cependant à prouver. Certes, c’est scientifique, Touteleurope se base sur le nombre de liens entrants, mais j’émettrai quelques franches réserves.

Facebook, par exemple, 3ème site le plus important en matière d’Europe. Hum, hum… Je suis conscient que beaucoup de contenus européens se retrouvent dupliqués et centralisés sur Facebook, mais ce classement donne l’illusion que Facebook est une source d’informations européenne. Même remarque pour Wikipedia (nr 1). Qualifier l’encyclopédie libre de site le plus important de la toile européenne pour seulement quelques pages d’infos européennes parmi des milliers d’autres, c’est un peu usurpé. Et que dire de l’Assemblée nationale (nr 7), institution franco-française s’il en est ? Ou encore de 20minutes.fr (nr 15) qui n’a même pas de section Europe ? J’en passe et des meilleurs, un festival d’anomalies ! Au final, un site aussi central (pour le coup) que celui de Jean Quatremer, dont l’influence n’est plus à prouver, n’arrive qu’en 27ème position ! N’y aurait-il pas un bug dans la matrice ?

Tout ceci est sympathique, mais quitte à faire un Top 50, pourquoi ne pas faire ce que Wikio n’offre toujours pas : un classement des sites européens en fonction de leur influence, sur base des liens entrants, mais aussi sur d’autres critères à définir comme la primauté de l’information, par exemple ? Cela compliquera la tâche, mais la rendra d’autant plus intéressante. Et puis à quand une cartographie 100% européenne multilingue dépourvue des sites 100% nationaux ? Peut-être pour l’édition 2010 ?

3 réflexions au sujet de « Le web européen francophone en 2009 »

  1. @Cédric : merci d’évoquer cette carte !

    Nous sommes conscients des limites de ce classement, qui mesure la « centralité » des sites sur la carte et est simplement donné à titre indicatif. Il ne s’agit en aucun cas de dire que les sites qui figurent en haut du classement sont les plus « importants » sur les questions européennes.

    Toute la difficulté vient du fait que la carte agrège des ressources qui parlent occasionnellement d’Europe (les médias généralistes, par exemple, sur lesquels on ne peut faire l’impasse car ils nourrissent le débat – ex : presque personne n’aurait parlé de la fameuse vidéo de Rachida Dati si Europe 1 ne l’avait pas mise en ligne) et ceux qui ont l’Europe comme objet spécifique (comme le blog d’un Européen jamais content). Et on constate que les premiers « écrasent » le classement en termes de liens entrants.

    L’intérêt de cette carte réside essentiellement dans la spatialistion qu’elle opère, les rapprochements qu’elle dévoile, les nouvelles ressources qu’elle permet de découvrir.

    Nous réfléchissons à l’éventualité de proposer un classement des ressources parlant uniquement d’Europe, même si l’exercice est difficile (que faire d’un blogueur comme Pierre Catalan qui parle souvent d’Europe, mais pas seulement ?).

    En tout état de cause, le classement des sites « influents » sur les questions européennes reste à faire, et effectivement le nombre de liens entrants ne saurait être le seul critère. Quant à une carte de la Toile européenne multilingue qui couvrirait l’ensemble de l’Union européenne, c’est un rêve que nourrit Touteleurope depuis bien longtemps… Un jour peut-être…

  2. Merci pour ces précisions. Ma critique est un peu gratuite concernant le classement, mais comme dit, il y a vraiment moyen de faire quelque chose de pointu et d’intéressant. Rome ne s’est pas construite en un jour, j’imagine que vous consulterez la toile européenne avant de lancer ces grosses évolutions qui ne feront de toute façon jamais l’unanimité dans la mesure où il faudra apporter des critères forcément subjectifs. Il n’en reste pas moins que la cartographie est un très beau travail.

  3. Très beau travail en effet, mais comme tu le soulignes Cédric, pas évident. Je prends le cas des Euros, qui se retrouvent complètement perdus dans l’espace, tout simplement parce que nous sommes passés du .com au .eu très récemment pour aligner toutes nos versions linguistiques et nos eurosblogs (eux mêmes non mentionnés)… Résultat : la plupart des liens vers les euros n’apparaissent pas…
    Il y a d’autres étonnements, comme la place d’Euractiv.com aussi, très réduite. C’est donc un outil très intéressant, mais comme tous les classements sur le web, comme celui de wikio par exemple, c’est un exercice forcément imparfait… Les localisations spatiales sont certainement ce qui en fait le véritable intérêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *