Berlaymont et ses golden (stars) parachutes

barroso-obamaHasard du calendrier électoral peut-être ? EUObserver vient en tout cas de publier un article court qui se base sur un rapport tout frais du think tank Open Europe sur les indemnités de départ de nos chers commissaires européens.

On accuse beaucoup nos patrons en cette période de crise. Les chiffres de Berlaymont valent aussi le détour.

En moyenne, un commissaire sortant reçoit ainsi plus d’un million d’euros répartis entre prime de départ et capital retraite, une somme également censée les aider à faire la transition. Au final, cela fait 75 millions d’euros sur 5 ans payés par le contribuable européen.

Et on ne parle là que de « prime de départ »… A cela s’ajoutent les salaires qui s’élèvent à environ 236.000€ par an par commissaire, 296.000€ pour le président Barroso. Soit plus que le président américain Barack Obama (400.000$, soit 293.000€). Pas mal pour un super secrétaire représentant même pas élu au suffrage universel !

On comprend mieux pourquoi Jose Manuel s’attache autant à son poste ! Au fond, je ne suis guère choqué par ces montants, la politique paye toujours un large surplus pour compenser les aléas électoraux et c’est normal : nul n’est élu à vie et mieux vaut avoir une porte de sortie. Ce qui me choque, c’est ce sentiment d’impunité, a fortiori dans le cas d’une commission faible et passive. Dans la vie « réelle », un élu normal, s’il est mauvais, le paye à l’élection suivante, un dirigeant d’entreprise, peut être remercié pour mauvaise gestion. Dans le cas de la Commission, on a vraiment à faire à une inconnue avec des membres nommés on ne sait comment et sans contrôle aucun. Pas de souci quand elle assume son leadership européen, dirigée par un vrai leader comme Delors en son temps. Mais on voit les limites du système avec un président suiviste comme Barroso qui, en plus, persiste et va signer pour un 2ème mandat.

Je suis d’habitude le premier défenseur d’une Commission forte face à un Conseil de l’UE idéalement anecdotique, mais clairement celle-ci gagnera en crédibilité lorsque son président sera élu par le peuple (c’est imaginable à moyen-long terme) et que ses commissaires ne seront plus l’objet de copinages (on peut toujours rêver). Alors les citoyens européens reconnaîtront leurs dirigeants (condition sine qua non pour s’intéresser à la politique) et surtout assureront leur droit de regard/sanction… et de vote. Une problématique pas si inintéressante quand on observe le désintérêt pour les élections parlementaires.

4 réflexions au sujet de « Berlaymont et ses golden (stars) parachutes »

  1. J’avais déjà lu l’article de Jon 😉 Peu m’importe think tank ou pas, je voulais avant tout partir de ces chiffres pour parler de « méritocratie ». Contrairement à Open Europe, je ne reproche pas aux commissaires leur traitement privilégié. Je ne fais que poser la question suivante:
    Tout (bon) travail mérite (bon) salaire, mais que dire quand les deux ne sont pas équivalents?

  2. « je ne reproche pas aux commissaires leur traitement privilégié. »

    Ouais, enfin, c’était pas clair, surtout avec ton illustration. Moi, je sais pas, j’attends dans un premier temps plus de transparence à ce sujet. Après, on pourra juger.

    « Dans la vie “réelle”, un élu normal, s’il est mauvais, le paye à l’élection suivante, »

    Sauf dans le cas, malheureusement, du Parlement européen, où Peillon et Weber sont reconduits quand Savary et Lamassoure se font éliminer…

    On remarquera que les commissaires français ont quand même peu de mal à se recaser (Barnier). Pour Cresson, c’est une autre histoire…

  3. J’avoue, l’illustration était un leurre, je voulais mettre autre chose qu’un paresseux… et penser que Barroso gagne plus qu’Obama, ça laisse perplexe.

    Comme tu dis, cette anomalie vaut aussi pour les députés européens malheureusement 🙁 Je crois que c’est justement Lamassoure qui proposait une élection européenne en France sur le modèle des législatives : 1 député / circonscription. Je ne sais pas si c’est la solution idéale, en tout cas, ça diminiuerait grandement la probabilité de voir des personnes comme Peillon se représenter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *