L'Europe et ses vieux démons

LepperJe repensais à Joe, cet adolescent de 17 ans poignardé il y a un mois à Bruxelles pour un baladeur mp3. Et stupeur ce matin en lisant qu’un jeune homme a tiré à bout portant, de sang froid, sur deux femmes et un enfant en plein centre d’Anvers pour seul prétexte qu’ils n’avaient pas la même couleur de peau. La première femme s’en sort blessée. Les deux autres sont morts. L’assassin hospitalisé après avoir reçu une balle en plein torse est un proche de l’extrême-droite flamande.

Mes propos sembleront banals, mais je m’étonne encore et toujours de voir l’extrême droite de plus en plus puissante en Europe. Beaucoup d’eau a coulé depuis l’élection de Jörg Haider en Autriche. L’homme a d’ailleurs quitté son parti depuis pour se redonner une meilleure image au niveau local.

Dans l’absolu, tout est possible en politique. L’oubli forcé et le marketing peuvent changer un homme et son discours, mais aussi et surtout faire oublier le passé tumultueux ou peu glorieux. On pourrait citer l’exemple d’Alain Juppé haï de tous en 1995 et presque retombé en grâce l’an dernier après son jugement dans l’affaire des HLM de Paris. Ou encore de Laurent Fabius blanchi dans l’affaire du sang contaminé, revigoré auprès de José Bové en mai dernier. Autre pays: citons le Premier Ministre turc Erdogan qui avant de faire chanter l’Europe a longtemps chanté sa haine envers l’occident et Bruxelles. Tous 3 condamnés, tous 3 réhabilités à des degrés divers.
Les faits divers trouvent parfois racine ou écho dans le discours politique.

Ainsi en Pologne, le parti conservateur majoritaire de Kazimierz Marcinkiewicz n’a-t-il pas hésité une seconde à pactiser officiellement cette semaine avec les deux partis d’extrême droite (la Ligue des familles polonaises : LPR et le parti populiste Samoobrona (Autodéfense)) afin d’obtenir une majorité gouvernementale. Anecdote sympathique: le leader de Samoobrona s’appele Lepper. Roman Giertych, chef de la LPR, pourrait ainsi hériter du ministère de l’éducation et des sports, Andrzej Lepper du poste de vice-Premier ministre. Tout cela rappelle un certain Silvio S, battu récemment en Italie malgré une coalition savamment préparée avant les élections législatives…

La France n’est pas en reste, comme j’en parlais dernièrement, et il est triste de voir que certains limitent leur discours au seul thème de l’immigration qui, on le sait, ne résoudra pas les problèmes de chômage, d’éducation, etc. Le livre de Philippe de Villiers sur une prétendue filière islamiste à Roissy crée à juste titre une polémique malsaine. Souvenons nous il y a quelques années, en 1995, du jeune Brahim Bouarram, jeune Marocain jeté dans la Seine par des manifestants du Front national et mort noyé…

On ne refera pas l’histoire de l’Europe au XXème siècle et de ses moustachus tristement célèbres. Les choses ont beaucoup changé depuis. La moustache n’est heureusement plus l’apanage d’une idéologie extrêmiste. Les discours et les actes en tout cas n’ont guère évolué depuis 70 ans. L’Europe et ses valeurs humanistes saura-t-elle nous en prévenir?

6 réflexions au sujet de « L'Europe et ses vieux démons »

  1. Excusez-moi Cédric, si je reviens avec mes aphorismes et mes comments.

    La France avec son système politique, son système constitutionnel, son système judiciaire, son système consensuel des médias et l’approbation venant du fameux « ventre mou et gaudillot » si décrit et admiré par De Gaulle n’a jamais eu envie de laver son linge sale. La France aime à se bavarder et à donner des leçons.

    12 ministres en fonction ont été assassinés sous la Vème République, en passant par la Magnum du Chargé des Chasses Présidentielles, De Grossouvre, ou le 1er ministre Bérégovoy qui s’est « suicidé » par deux balles partant du haut en bas et dont on n’a jamais trouvé les douilles avec les détecteurs à métaux, il suffisait de lire le Frankfurter Allgemeine Zeitung à l’époque. Mitterand a parlé des « chiens » qui ont poussé Bérégovoy à la mort, Chirac a une prose tout aussi enjôlée et fâchée. Ce sont des grands veneurs.

    Il est temps que le grand théâtre à la Stavisky s’arrête en France ou ailleurs, il est temps que tous ces politiciens dédaigneux et arrogants s’éclipsent après toutes leurs autoamnisties plébiscitées au Parlement. Il est temps que les grands jets et les lances à incendie fassent un grand nettoyage dans les palais azuréens, élyséens ou je ne sais trop quoi.

    Que peut-on encore attendre comme morale civique des petits loulous de quartier, quand tout en haut cosi fan tutte, ces personnes, ces édiles édifice du mensonge français?

    PS: pour Victor Schoelcher, il faut écrire 1848

  2. Il y a un sérieux problème en France : tout le monde en a assez, les plus « petits » comme les plus « grands ». Quand on entend parler les parents, il semble qu’à l’époque du « bon vieux temps où tout était beaucoup mieux » il n’y avait que les plus démunis qui se plaignaient (et à juste titre). Aujourd’hui, suivez une discussion : vous n’entendez que des plaintes.
    J’ai la joie de me balader à outrance avec mon boulot et j’en fais le constat tous les jours : Je suis plannifié pour un IP, je côtoie les responsables de production, ouvriers et chefs de magasin, j’entends des plaintes. Je suis plannifié pour une clôture des comptes, je cotoie des DAF, des chefs comptables et des contrôleurs de gestion, j’entends des plaintes. Je suis plannifié pour une revue de contrôle interne, je côtoie les secrétaires, les assistants, les responsables des ventes, les directeurs des achats, j’entends des plaintes.
    Personne ne se sent considéré, personne ne se sent écouté, c’est un carnage. Et au dessus qu’avons nous : une sorte de bulle politique dans laquelle tout semble tout beau tout rose. Mais non il n’y a pas de problème, la délinquence descend… mais non il n’y a pas de problème, le moral des français remonte… Mon oeil !!!
    Résultat des courses, on se dirige tout droit vers le célibrissime vote de sanction. On va devoir choisir entre le borgne et le postier (aussi dangereux l’un que l’autre, c’est une certitude et soyez en convaincu). Je ne suis plus certain que le vote extrême soit un vote de conviction, et vous ne me ferez pas croire qu’il y a plus d’1/3 des votants « borgne » qui soit une graine de nazi… Malheureusement je suppose qu’il va falloir encore s’auto-censurer… hé oui, il paraît que lorsqu’on se plaint on fait le jeu des extrêmes… J’ai à ce sujet un bon ami, qui n’est pas celui de cédric malheureusement, mais qui somme toute a une vision assez objective de la chose (t’inquiète cédric, je ne m’identifie pas à lui, mais je trouve que ses idées soulèvent les bonnes questions !!!).

  3. Cher D’G,

    Je suis entièrement d’accord avec toi pour le décalage que tu mets en avant. D’ailleurs, personne ne s’en rend compte mais nous nous dirigeons tout droit vers un 21 avril bis. La faute à une partie des politiques qui sont loin de nos préoccupations quotidiennes.
    Cependant, je modère mon propos parce que, jusqu’à preuve du contraire, ce sont les électeurs qui votent pour eux. De plus, si la France réalise une belle Coupe du Monde, le moral va remonter en flèche et d’un coup, comme par enchantement, tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes.

  4. J’ai peur également de voir un 21 avril bis repetita ou à l’envers un duel PS-FN. La situation politique ne s’est guère arrangée en 5 ans, a fortiori avec un président et un premier ministre « enarquautistes » qui n’écoutent plus la voix du peuple (l’ont-ils déjà fait?).
    Julien, tu fais bien de mentionner la coupe du monde. C’est justement ce que Villepin attend pour qu’on parle de foot et plus de sa démission ou de son « J’accuse… Nicolas Sarkozy ». Et comme dit Thomas, comme par miracle, les relents national-racistes disparaissent pendant 3 semaines.
    Dans tous les cas, une rupture sarkozienne ou une alternance socialiste risquent de ne pas suffir pour redonner confiance en nos institutions. Je crois que la course à la VIème République est lancée. J’en reparlerai certainement.

  5. J’habite en Pologne et je suis sidere de voir l’assimilation que font les journaux etrangers (en particulier francais et allemands) entre le gouvernement et l’extreme droite.

    Certes on peut parler de gouvernement populiste, ca il n’y a pas de doute.
    Par contre de la a parler de gouvernement extremiste il y a un gouffre.

    1) Seul un parti au pouvoir (LPR) le plus minoritaire dans le gouvernement peut etre associe a la droite de la droite – c’est un parti ultracatholique, aux idees tres pro-famille et rigides; cependant sur beaucoup de point leur leader semble etre bien sage par rapport a Nicolas Sarkozy, et ne parlons pas de Le Pen qui est hors categorie et a ne surtout pas comparer a LPR

    2) Samoobrona, dont le chef est Lepper, est certes un parti populiste, mais de gauche, pas de droite ! Lepper est plus a comparer a Jose Bove – en un peu plus chauvin et conservatiste sans aucun doute – que n’importe quelle autre personnalite politique francaise

    3) Enfin si on peut suspecter les partis au pouvoir de ne pas etre tres ouverts sur l’etranger, il n’y a jamais eu – meme du LPR – la moindre declaration officielle qui soit un soupcon anti-xenophobe. On est tres loin des Karchers ici… Les seuls derapages ayant pu venir de certaines declarations d’A. Lepper qui dit tres souvent des betises (pour rester poli) sur tous les sujets; c’est sa specialite et tout le monde le sait ici… ou bien de groupes de jeunes proches de LPR qu’on essaie de comparer a des neo-nazis; mais pas directement des politiciens eux-memes… Enfin, l’immigration n’a jamais au grand jamais ete un cheval de bataille de quelconque parti en Pologne… au contraire, l’immigration la plus importante en Pologne vient des pays de l’Est, et le gouvernement a un a priori tres positif envers ces pays (Ukraine, Bulgarie,…)

    4) Dire que le « le parti conservateur majoritaire n’a pas hésité une seconde à pactiser » montre une certaine meconnaissance de ce qu’il s’est passe durant les derniers mois en Pologne; cette coalition s’est faite apres des mois de tractations pour former une coalition avec PO, le deuxieme parti (a l’epoque) liberal du pays – cette coalition n’ayant pas aboutie, la seule maniere de former une coalition majoritaire etait avec Samoobrona et LPR, au grand dam de pratiquement tous les membres du parti conservateur majoritaire PiS.

    Tout ca pour dire « Attention aux amalgames ! » – par experience, les medias francais (comme ceux de tous pays) aiment critiquer ce qui se passe a l’etranger pour cacher le mal qui est deja dans leur propre pays.
    Je n’aime pas moi non plus ce gouvernement, comme la plupart des polonais, mais il ne faut pas non plus dire tout et n’importe quoi (je dis ca pour les medias, pas pour ton article interessant).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *