"Le fonctionnement de l'Union me semble préoccupant"

Catherine ColonnaCette phrase, ce n’est pas moi qui la prononce (même si je la pense très fort), mais la ministre française déléguée aux affaires européennes, Catherine Colonna, qui, dans une interview au Monde, note également « une distanciation à l’égard du projet européen ».

Les mots sont justes, parfois durs, réalistes en tout cas et je trouvais intéressant d’en retranscrire quelques-uns. Petit best-of:

« Le fonctionnement de l’Union me semble préoccupant, non pas qu’il y ait crise ; l’Union est plutôt atteinte d’une maladie de langueur, de fatigue généralisée, qui n’augure rien de bon de sa capacité à répondre aux attentes des peuples (…) »

« Le mode de fonctionnement de l’Union européenne devient de plus en plus intergouvernemental. Il y a une méfiance quasi-générale vis-à-vis de l’intégration. (…) On constate de même une grande réticence à toute démarche d’harmonisation, qui est pourtant une des bases de la construction européenne. Nous sommes le plus souvent 25 Etats membres côte à côte, juxtaposant leurs positions et parvenant à un difficile compromis, plus que nous ne sommes dans la recherche d’un intérêt collectif. »

Madame Colonna regrette également l’impasse dans laquelle l’UE se trouve, attribuant 3 causes:

  1. l’élargissement qui « modifie en profondeur la nature même du projet européen alors que l’on affecte de croire que l’on poursuit la même construction européenne »
  2. la mondialisation
  3. la modification de « la demande de l’Europe ».

Tandis qu’elle reconnaît et apprécie la petite Europe des projets concrets, elle juge nécessaire « un sursaut beaucoup plus fondamental […] si l’on veut écarter le risque d’un affaissement de l’Union européenne » et pointe là où ça fait mal:

« on ne devient pas une puissance en y consacrant 1 % de son PIB ! Il faudra bien envisager de consentir à terme de nouveaux transferts des budgets des Etats membres vers le budget européen ».

Enfin, la ministre espère l’introduction de l’Europe dans le débat présidentiel français de 2007. Il ne faut certainement rien attendre des prometteurs-vendeurs mythomanes de plan B. Espérons dès lors que Madame Royal, Messieurs Bayrou et Sarkozy ainsi que leurs amis élèvent enfin le débat français au niveau européen! Et pourquoi pas donner ce rôle à celui qui critique beaucoup, tient une large responsabilité dans l’échec du référendum, mais n’aura guère oeuvré en la matière: Jacques Chirac?

Source:
Lire l’article entier du Monde.

3 réflexions au sujet de « "Le fonctionnement de l'Union me semble préoccupant" »

  1. Excellente initiative!!

    Il faut être toujours mécontent de l’Europe: c’est ainsi qu’elle peut avancer…
    Mais aujourd’hui, on peut surtout taper sur les Français et les Hollandais. Nous avons une incroyable façon de mettre tout le monde dans la merde et de relever très vite le nez du caca…

  2. Toujours mécontent oui! 🙂
    Pour ce qui est de taper, je te proposerais de taper sur les leaders politiques nonistes qui ont vilipendé la 3ème partie du TCE en sachant que le NON n’y changerait rien. Quitte à pointer le mal du doigt, autant le garder, c’est logique! Dans l’histoire, 55% de Français ont été bernés, certains d’entre eux croyant même encore à une suite présidentielle pour 2007 alors que tous ces gens soit-disant concernés par les problèmes des petites gens se la jouent aussi solo que ceux dont il veulent la peau: Sarko et Ségo!

    Au final, il faut se demander pourquoi et comment les Français et les Hollandais en sont venus à cet acte politique déconnecté de leur sentiment d’appartenance à l’UE et de sa nécessité. Si l’on prend le seul cas de la France et qu’on observe les 25 dernières années de discours sur l’Europe, en particulier ceux de notre Président, on se rend compte que la faute des dysfonctionnements français a été plus rapidement attribuée à Bruxelles que certaines compétences qui auraient eu tout à gagner à être supranationales!

    L’Europe, ce n’est plus que du négatif quand tu interroges un citoyen lambda. Jamais, on ne souligne le positif! Le TCE aura été la goûte d’eau en trop qui a fait déborder 50 ans de construction opaque et rien de concret pour faire aimer notre Europe.

    Maintenant il y a un énorme travail pédagogique à faire! Qui était déjà à faire, mais qui crève les yeux de ceux qui ne le voyaient peut-être pas avant ce triste 29 mai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *