Je peux être président de la Commission européenne!

europa-sucht-den-superstarL’échéance électorale européenne approche, et avec elle la question des futurs élus au Parlement européen, mais aussi des futurs nommés à la Commission (les membres et surtout son président). Une échéance qui pose également une question centrale : celle du renouvellement des générations. On le voit bien, ça ronronne beaucoup à Bruxelles, toujours les mêmes têtes (rarement les plus compétentes en la matière) et je ne parle pas que des élus français qui y trouvent un confort à peine inférieur au Sénat sans obligation d’avoir une carte Vermeil.

Comment, dès lors, donner un bon coup de pied dans la fourmilière? Comment renouveler les têtes, bouger les lignes? La solution nous viendra peut-être d’outre-Rhin. La ZDF (2ème chaîne de TV publique) vient de lancer un concours sur son site intitulé « Ich kann Kanzler!« , comprenez « Je peux être chancelier! » Un concept déjà éprouvé au Canada. Ou comment adapter les concepts de « Nouvelle star » à la politique. Avec l’espoir inavoué de trouver un jour un Barack Obama « made in Germany ».

Mais comment ça marche? Les candidats (entre 18 et 35 ans) à la chancellerie doivent s’enregistrer en vidéo et présenter leur mini-programme électoral. Tout se passe sur le web, à l’exception de la grande finale qui verra s’affronter en direct 4 finalistes lors d’une émission diffusée le 9 juin prochain. Avec à la clé un stage au Bundestag ou au Parlement européen.

Les mauvaises langues argueront que la politique ne peut se comparer à un château d’apprentis chanteurs, ni à un télécrochet. Ne leur en déplaise, ces concepts cartonnent car ils parlent aux gens! Et aujourd’hui, le problème de la politique, a fortiori européenne, est qu’elle ne parle à personne! Avec un soupçon de trivialité, on pourrait même dire qu’elle emmerde plus qu’elle ne passionne!

Mais alors pourquoi ne pas avoir un équivalent européen? On nous enquiquine bien avec un insipide concours Eurovision. La politique intéresse, encore faut-il qu’elle parle au téléspectateur, qu’elle génère des réactions, des discussions, du rêve, de l’espoir… Pour sûr, ce programme européen ferait moins d’audience qu’un MTV Europe Music Awards, mais son potentiel médiatique est énorme et surtout assez peu coûteux si l’on réalise l’ensemble sur le web avec une seule émission TV qu’on peut imaginer voir sponsorisée par des médias « jeunes » comme MTV par exemple, une chaîne diffusée dans toute l’Europe et influente… De quoi peut-être aussi impliquer Europarl TV, cette web TV parlementaire qui ne sert pas à grand chose pour l’instant et qui trouverait là un bon événement à relayer…

Alors à quand une émission « Je peux être président de la Commission… ou député européen » dans quelques, voire tous les pays de l’UE? Peut-être une piste à méditer, très chers membres de la DG Communication…

Une réflexion au sujet de « Je peux être président de la Commission européenne! »

  1. Excellente idée qui rejoint celle que j’avais émise (en commentaire) sur le site « Anyone but Barroso »

    Pour l’Europe qui veut promouvoir a transparence, cela permettrait aussi de clarifier la « procédure » pour être CANDIDAT (qui aujourd’hui la connait ?).

    En France, et j’imagine également dans les autres pays de l’UE, on connait :
    1/ les critères pour se déclarer candidat à la Présidence (signatures d’élus, critère d’âge…)
    2/ pour être élu (au suffrage universel).

    Mais en Europe !??? Des noms circulent mais sortis d’où ? comment ? par qui ? Ce n’est pas vraiment clair… Zt cela ne fait qu’éloigner un peu plus le le citoyen de l’Europe voire éveiller ses soupsons…

    Plus qu’un problème de personne (M. Barroso), le problème qui se pose est celui de sa légitimité, du fait que personne ne le connait, n’a été consulté sur le choix, ni même compris comment ce choix avait eu lieu…

    Dans ces conditions, il me semble injuste de reprocher à M. Barroso son « manque de leadership » : il n’en a tout simplement pas les moyens ! Ni lui ni personne d’autre, tant que sa nomination dépendra aussi peu du vote des électeurs européens…

    Plus que changer l’homme, il me semble indispendsable à mon avis de changer le processus d’élection et de le rendre bcp plus transparent (à défaut d’un suffrage universel direct).

    Et puisque LE SUFFRAGE UNIVERSEL DIRECT du Président de la Commission Européenne ou du Conseil Européen n’est pas prévu dans les traités, pourquoi ne pas l’envisager en revanche pour le choix des CANDIDATS ???

    Ou quelque chose s’approchant du suffrage universel : la consultation directe telle que vous la proposez…

    VOICI MA PROPOSITION

    Le Parlement Européen (ou la Commission Européenne, mais c’est moins probable) devrait créer un site destiné à organiser une consultation en ligne de large envergure auprès des citoyens des 27 pays, accessible dans toutes les langues de l’UE, afin de faire émerger de façon transparente des noms de candidats.
    La procédure serait la suivante :
    1/ mars-mai : construction du site (et ébruitement de l’initiative auprès des différents partis et de la société civile)
    2/ mai à septembre : chacun pourrait y présenter sa candidature, assorti d’un programme politique, d’une photo et d’une biographie relatant ses faits et gestes avec liens html à l’appui, voire ses “recommandations” (soutiens officiels de quelques personnalités)
    3/ septembre : médiatisation des candidatures via TV et journaux dans tous les pays de l’UE, invitant tous les citoyens à aller voter dès octobre (cela permettrait ainsi à tous ceux qui sont frustrés d’être écartés du processus de décision – à mon avis une majorité de citoyens – de s’exprimer, et raviverait l’intérêt pour l’Europe)
    4/ 1-15 octobre : tout le monde pourrait voter en ligne pour son candidat préféré. Liste de candidats présentée suivant plusieurs critères au choix par exemple :
    – popularité (ceux ayant déjà receuilli le + de voix apparaissant en haut, par ordre décroissant des votes)
    – échiquier politique (les candidats devant se placer de ultra gauche à ultra droite)
    – ordre alphabétique
    – âge, sexe, métier (homme politique ou pas, voire ayant la double casquette) et tout autre critère à définir
    Dans le même temps, le Parlement Européen pourrait “faire campagne” dans la presse, chaque parti (ou député) soutenant officiellement tel ou tel candidat.
    5/ 16 octobre : nouvelle consultation en ligne (à médiatiser largement), un seul jour dans toute l’Europe, mais portant uniquement sur les 10 candidats ayant obtenus le + de voix lors de la 1ère phase.
    Par ailleurs, organisation d’un sondage dans toute l’Europe suivant la méthode des quotas.
    6/ communication au Conseil Européen de la liste des 3 candidats ayant obtenu le + de vote des internautes, et les meilleurs résultats au sondage, avec à nouveau médiatisation forte des résultats.
    NB : évidemment, cela ne fournirait qu’une indication, puisque la méthode n’est pas scientifique (les internautes ayant votés ne sont pas forcément représentatifs de l’ensemble des électeurs, la méthode des quotas n’étant pas respectée, le risque existe aussi que certains votent plusieurs fois. le sondage n’est pas non plus infaillible), mais cela permettrait au moins de dégager des grandes tendances et éventuellement de faire émerger des candidats auxquels nos élus n’avaient pas spontanément pensé….
    Et last but not least, cela susciterait enfin l’intérêt des européens, tous, y compris les opposants au Traité de Lisbonne…

    7/ Choix final suivant la procédure actuelle (par le Conseil Européen entériné par le PE).

    Qu’en pensez vous ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *