France 24 ou UE 25?

France 24La France l’avait promis, c’est fait! L’anciennement dénommée CFII (chaîne française d’informations internationales) verra officiellement le jour le 6 décembre 2006 sous le nom de France 24.

Co-gérée par France Télévisions et TF1, partiellement subventionnée par l’Etat français (80 millions d’euros par an?), France 24 aura pour mission d’apporter un regard français sur l’information internationale en visant principalement les leaders d’opinion à travers le monde, comme l’a expliqué son Président Alain de Pouzilhac.

Une naissance dans la douleur

De déclarations vélléitaires en avortements successifs, la gestation de cette chaîne aura duré près de 20 ans. A la clé: représenter la voix de la France sur la scène mondiale et offrir un regard alternatif face au géant américain CNN.

Un objectif simple et noble qui s’inscrit par ailleurs dans un patchwork télévisuel multinational. Les Etats-Unis ont CNN, l’Allemagne la Deutsche Welle, la Grande-Bretagne BBC News… Et la France? Certes, elle a quelques chaînes d’info: LCI, i-Télé, BFM TV, mais à dimension franco-française.

L’idée de développer une version « mondialisée » de LCI a bien été à l’ordre du jour, mais vite enterrée par les querelles entre l’actionnaire public (France TV) et privé (TF1) de France 24.

Pourquoi donc avoir une chaîne d’informations franco-internationale? Je vois deux points d’intérêt:

  1. promouvoir la francophonie
  2. apporter une vision du monde à la française


Promouvoir la francophonie… et les langues européennes?

C’est l’un des objectifs avoués à demi-mot de cette nouvelle chaîne. A demi-mot, car elle sera en concurrence directe avec TV5 sur ce point. Mais aussi car cette CFII ne sera pas totalement francophone: elle sera diffusée sur deux canaux audio, un en VF, un en version anglaise à 75%, le reste étant en français et en arabe.

La mission de France 24 dans ce domaine semble bien singulière. Je me demande d’ailleurs quel anglophone sera intéressé par une vision de « frenchies », a fortiori si ces même « frencheese » ont cet accent si caractéristique du pays des fromages qui puent. J’ajouterai que la langue est aussi un vecteur culturel. Véhiculer une vision française en anglais me paraît aussi logique que de voir une Oktoberfest en Italie…

Ainsi soit-il, la chaîne sera donc multilingue. En bon Européen, je me dis donc que si français et anglais il y a, pourquoi ne pas communiquer également en espagnol, en italien, etc? Sauf que cette chaîne existe déjà: elle s’appelle Euronews!

Apparemment, son rachat par l’Etat français aurait même été envisagé un temps avant que la décision de lancer une chaîne ex nihilo ne s’impose.

Finalement, je me demande si le problème n’est pas tant le lancement d’une nouvelle chaîne que d’une offre de programmes francophones pour expatriés et autres francophiles.

Car à y regarder de plus près, le français est une langue médiatiquement pauvre. Hormis TV5, quelle télévision française offre-t-on aux Français « expatriés »? Le lancement de France 24 est un moindre luxe quand on voit l’offre quasi-inexistante de programmes français en dehors de France. A fortiori quand les Anglais sont omniprésents, quand les Allemands diffusent pléthore de chaînes gratuites par satellite, etc… Si l’on compare à l’Allemagne très en pointe sur la diffusion gratuite par satellite, la France mérite un zéro pointé. Les Allemands, où qu’ils soient en Europe, ont accès à leurs chaînes gratuitement via une simple parabole. La Deutsche Welle apparaît ainsi comme une cerise sur le gâteau. Mais mon propos s’égare de la cible de France 24: les leaders d’opinion.
Pour défendre la francophonie, il y aura donc une TV5 sous-estimée et une chaîne d’informations surégodimensionnée.

Promouvoir l’information à la française.. ou à l’européenne?

LCI & co n’étant pas diffusées à l’international, on peut comprendre l’intérêt de France 24. Puisque Euronews n’est pas assez franco-française, France 24 devient une nécessité.

La France mérite sa CNN. Pourtant, je m’étonne de la décision du Président Chirac, d’ordinaire si européen. A l’heure de cette prétendue « Europe des projets », de cette « Europe par la preuve », je me demande si la France n’a pas manqué là une occasion de faire un acte européen. Il est bien naïf, peut-être même arrogant de penser que cette nouvelle chaîne concurrencera les CNN & Co. De même que je doute qu’elle promeuve la francophonie mieux que TV5.

Le renforcement de l’information sur TV5 avait bien été recommandé par le ministère des affaires étrangères français, mais non suivi par les hautes instances du pays. Jacques Chirac a voulu cette CFII. Il aurait pu donner une impulsion européenne pour imposer Euronews par exemple, en améliorant son contenu et en augmentant sa présence mondiale. Il aurait pu l’imposer comme chaîne gratuite sur la TNT pour promouvoir une vision européenne dans un pays où la pédagogie en la matière fait cruellement défaut. Dommage.

Les rôles des médias dans la création d’un sentiment européen

Comme le souligne Eric Dacheux dans son livre L’Impossible défi : La politique de communication de l’Union européenne, l’émergence de médias européens pourrait contribuer à la création de ce sentiment européen qui fait défaut. La France en serait ressortie grandie à sacrifier une part de sa gloriole pour promouvoir cette chaîne d’info européenne qui contribuerait à imposer cette voix encore chuchotante sur le plan international. Malheureusement, la flatterie nationale prime bien souvent sur la raison. L’égo français trouvera là un bon moyen d’imposer sa « bonne » vision des choses, à l’opposé (ou à l’instar?) des médias américains tant décriés. C’est là la règle de l’équilibre.

Le média télévision n’est certes qu’une goutte d’eau dans le défi européen. Le fait de tout miser sur cette seule chaîne au détriment de TV5, d’Euronews et à défaut d’une véritable offre de programmes français à l’international me gêne. Pour reprendre ses propos utilisés en son temps contre la Pologne, Jacques Chirac « a raté une bonne occasion de se taire »!

8 réflexions au sujet de « France 24 ou UE 25? »

  1. « Chirac d’ordinaire si européen » je trouve que tu y vas un peu fort !
    Sur les médias français ou européens, la question est bien posée : bien sûr qu’il faut se diriger vers des médias européens, transmettant avec sens critique les valeurs et la diversité européenne. Beaucoup de pays dans le monde en serait demandeur. Je me souviens, au plus fort du démarrage de la guerre en irak, et alors que j’étais en Inde, combien les ressortissants de ce pays et d’autres d’ailleurs, étaient déçus de ne devoir s’appuyer que sur CNN ou BBC-world pour essayer d’être informés. Ils en appelaient à une voix européenne, et pas seulement française D’ailleurs pourquoi ne pas rêver à un média europe-Inde, ce dernier pays, fondamentalement démocratique, dispose de plus en plus d’un excellent savoir-faire!
    De notre côté, nous avons euro-news, mais celà reste apparemment trop confidentiel, même si on pourrait construire dessus.

    Cordialement,

    Catherine, blog « l’Europe dans la campagne »
    http://catymi.blog.lemonde.fr/

  2. Je ne suis certes pas le plus objectif des commentateurs en la matière mais je maintiens que la voix de la France et de l’Europe auraient tout à gagner à promouvoir Euronews plutôt que de se la jouer solo.

    Je ne suis d’ailleurs pas le seul à être de cet avis. Café babel a rédigé un billet dans ce sens hier: http://www.cafebabel.com/fr/article.asp?T=A&Id=2172
    Article très intéressant puisqu’il compare entre autre les budgets de BBC world, CNN, DW et F24… Cette dernière ayant un budget en deça de ses « concurrentes », il se pourrait bien qu’au final la situation aille en la défaveur d’Euronews… et de F24. La France aura alors gagné le gros lot!

    Quant à faire une chaîne indo-européenne, malgré un lointain fond linguistique commun, je reste assez dubitatif sur la possibilité et/ou l’intérêt d’un canal commun. Penses tu vraiment que l’Inde partage notre vision du monde?

  3. Intéressant et préoccupant ce qui est par Café Babel sur Euronews.

    Sur l’Inde, c’était effectivement un peu provocant de ma part. Mais je connais des indiens bien placés dans les médias qui seraient intéressés par des « joint venture » avec les médias européens. Sur le plan de la « vision du monde », les points communs sont plus nombreux que les divergences et ,ayant observée de prêt ce pays je peux dire que l’on pourrait être jaloux de son fonctionnement démocratique : qualité des débats ouverts, qualité des institutions, diversité culturelle acceptée..Imagine-t-on en france un président de la République musulman, un Premier ministre représentant une minorité ( sikh), le président du Principal parti d’origine catholique et alors qye la principale communauté indienne sont les hindoux ( 80%) qui ont passé la main il y a 2 ans dans des circonstances démocratiques tout à fait correctes….Et leur vision du monde n’est pas très éloignée de la vision européenne, telle qu’elle s’exprime dans la PESC. Mais bien sûr qu’ils ont encore d’infinis problèmes, à hauteur de la dimension du Continent qui est le leur.

  4. Pour ma part je ne vois pas en quoi le monde a vraiment besoin d’une  »lecture française de l’actualité ». En quoi le  »regard français sur l’actualité » (ou n’importe quel  »regard national » d’ailleurs) serait-il à ce point nécessaire pour la survie morale de l’Humanité ou l’éclairage objectif des faits (puisqu’à ce point pertinent ?!).

    Autrefois, les Etats-nations mettaient leur fierté (mal placée) dans des victoires en coupe du monde de foot, dans la course à la lune ou en lançant des compagnies aériennes déficitaires et subventionnée. Aujourd’hui les Etats-nations du monde jouent encore à  »celui qu’aura la plus grosse » en faisant pêter des armes nucléaires ou en lançant des chaînes de TV autopromotionnelles.

    Mais la logique reste la même : l’Etat-nation et le statonationalisme, voilà l’ennemi.

  5. La France aime critiquer les travers de ses voisins pour mieux les copier. La CNN américaine, ça n’est pas bien alors on fait la meme chose mais en VF.
    Dans un autre registre médiatique, il y a quelques années, la France s’était offusquée de la télé réalité poubelle présente dans toute l’Europe. Les Allemands, autrefois à la pointe de cette télé poubelle sont passés à autre chose. Et la France? Ca doit etre cela la fameuse exception…

  6. A une différence près : CNN est une chaîne privée dont la ligne éditoriale ne présume en rien la politique gouvernementale de Washington alors que – si j’ai bien compris – France 24 (« Télé Quai d’Orsay » et espèce d’ « ORTF mondialisée ? ») est une chaine publique, financée par des fonds publics et par la redevance télé dont il est très clairement dit qu’elle doit exprimer un  »point de vue » français sur l’actualité.

    En tout cas voilà une création de chaine qui préfigure une recomposition du PAF avec les projets de certaines formations politiques (en cette année électorale) de fusionner France 24 avec Euronews (si, si…) ou de réformer ou supprimer Arte (voire de la maintenir, mais de l’élargir à d’autres pays).

  7. Une fusion F24-Euronews n’augure rien de bon. La 2eme serait probablement broyée par la première et vidée de toute substance européenne.

    Quant à supprimer Arte, ce serait une énorme connerie, mais je n’y crois pas trop. En revanche, comme tu le dis, Arte aurait peut être intérêt à s’européaniser davantage. J’ai entendu à ce sujet qu’elle a un décrochage local pour la Belgique. Il y a certainement matière à faire et je crois que l’argent du contribuable français serait bien mieux utilisé chez Arte que F24 mais ce n’est que mon modeste avis.

  8. France 24 est une subvention à l’anglais qui coûte aux Français 80m d’euros par an ; que dire d’autre ? Gabegie et inconséquence de nos politiciens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *