Désirs d'Europe (ou pas)

Rentrée oblige, Ségolène Royal n’a pas le monopole de la refonte de site. Après des mois de travail, voici que la Commission européenne lance enfin une évolution « majeure » de son portail Europa… dans l’indifférence générale. Dommage que le grand public et les médias généralistes ne suivent pas…

Comment cela, vous ne connaissez pas ce portail ? Il est vrai qu’Europa.eu est ce genre de site qu’on visite une première fois par hasard, qu’on évite toutes les fois suivantes par non-hasard : un site laid, indigeste, inutilisable !

Alors quoi de neuf docteur ? Le site gagne effectivement en lisibilité et en accessibilité avec de nouveaux boutons pour agrandir la taille du texte, modifier les couleurs et quelques menus de navigation bien placés ça et là. A la bonne heure, une vraie barre de recherche enfin intégrée sur le côté (avec un formulaire de suggestion d’amélioration en cas de recherche non concluante) ! En un mot, la page d’accueil est enfin accueillante. Une bonne base pour un bon surf à la recherche d’infos pratiques sur l’UE* ! Reste à cliquer dans les menus : une fois, deux fois, sympa; trois fois et c’est le drame, retour à l’odieux style 90’s ! Car la refonte s’est arrêtée au 2ème niveau hiérarchique… Bien joué !

europa-searchCa se gâte avec le moteur de recherche… La carosserie fraîchement repeinte ne saurait faire oublier le moteur de 2CV. J’ai testé avec « Microsoft ». La page 2 est éloquente (cf. capture ci-contre)… Il faudra cliquer sur chaque lien pour voir le titre et se faire une idée précise. No comment.

Cerise sur le gâteau : les résultats sont précédés d’une superbe icône Internet Explorer qui fleure bon le web design des années 1990. Ne manque plus à l’appel qu’un gif animé survivant d’une époque révolue. En tout cas, même après lui avoir infligé plusieurs amendes record, la Commission n’est visiblement pas rancunière envers Microsoft.

Ma critique est facile, le site indexant des milliers de pages, on ne change pas une vieille mécanique en claquant des doigts. Mais la désuétude de ce site ne date pas d’aujourd’hui, ni d’hier… En tout cas, j’ai hâte de voir la suite de l’œuvre. Peut-être aurons-nous un flux RSS ou encore un bouton de partage sur Facebook accessibles dès la première page (ce n’est pas comme si on nous ne agressait pas quotidiennement avec le très galvaudé « web 2.0 ») ? Peut-être la Commission se résoudra-t-elle simplement à faire éclater ses sites en plusieurs sites satellites pour des publics différents ?

Comme pour EuroparlTV, comme pour Europeana, ça sent encore l’inachevé… Pourtant ce n’est pas comme si la Commission était peuplée d’incompétents. Je passerai les grilles salariales ainsi que les détails des recrutements aux non-initiés, ce n’est pas l’objet du billet. Car il n’y pas « une », mais des équipes web censées y travailler, probablement pour un rendement efficace, dans les faits aussi malheureusement pour une incohérence visuelle entre les différentes rubriques/directions générales (ex. de page lisible et beaucoup moins lisible)… Peut-être pour faire écho à la cacophonie de la politique européenne ? Au final, de bonnes intentions encore et toujours pour un résultat plus que perfectible.

Mon devoir est à présent accompli, je suis venu, j’ai vu, ceci était ma 2ème visite programmée de l’année. Rendez-vous en 2010 pour un prochain audit !

* Rappelons tout de même que la plupart des infos dites pratiques à usage des citoyens sont purement théoriques et diffèrent bien souvent dans la réalité…

4 réflexions au sujet de « Désirs d'Europe (ou pas) »

  1. Sacré Cédric ! Effectivement, la couche supérieure d’Europa a été refondu.

    Pour information, cette refonte a été en partie basée sur un rapport d’Ernst & Young et devrait s’étendre progressivement aux site web des DG de la Commission européenne.

    En effet, si la DG COM est bien responsable de la couche supérieure d’Europa, ce sont les différentes DGs qui sont responsables au niveau inférieur de l’organisation et de la présentation du contenu.

    C’est aussi un des problème de la tendance décentralisatrice de la communication à la Commission européenne.

    @+

  2. En voilà une bonne nouvelle! Mais combien de temps encore pour tout mettre à jour : l’an prochain pour fêter i2010 ou dans 10 ans? 😉
    Parce que si j’ai bien compris, cette surcouche a mis des mois avant de devenir réalité…
    Quant à la décentralisation des sites, je pense que c’est une bonne chose, mais dans une optique grand public avec des actions de référencement bien ciblées. Sinon, ça crée une certaine confusion comme c’est le cas aujourd’hui.

  3. La refonte représente déjà un énorme progrès en terme d’utilisabilité du portail.

    Toutefois si la navigation semble devoir être facilitée cette nouvelle version est un échec en terme d’image : elle reflète avant tout une vision utilitariste et bureaucratique de l’Union européenne.

    En comparaison d’un http://www.gouvernement.fr/ ou du superbe http://www.whitehouse.gov/ on ne se situe clairement pas dans le même univers. On est plutôt dans le domaine de la base documentaire comme si il n’y avait pas d’humain, ni d’actualité chaude, comme si l’Union européenne n’était qu’une pile de lois et réglements et non pas avant tout une organisation politique majeure.

    Au final je préfère dans la famille communautaire le site du Parlement européen qui, sans être un chef d’oeuvre de webdesign, donne d’entrée les informations clé du moment.

  4. Ouh la la, tu n’aurais pas du citer les sites français et américain, la comparaison fait très mal! J’en parlais justement cette semaine avec un copain qui bosse à la Commission et le bilan était que de toute façon trop peu d’Européens connaissent europa.eu. Ce site est, comme tu dis, bureaucratique, pensé notamment pour aider le citoyen européen dans ses démarches administratives. Encore faudrait-il que la Commission le lui apprenne…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *