"Brussels-Strasbourg study", non mais WTF !

Ah, l’éternel débat Strasbourg vs Bruxelles comme siège unique du parlement européen, ça faisait tellement longtemps, et bien c’est reparti pour un tour !

Petit rappel des faits avant d’aller plus loin, le parlement européen, c’est trois sièges :

1. Strasbourg (siège officiel, où l’on vote lors des sessions plénières)
2. Luxembourg (où se trouve le secrétariat général)
3. Bruxelles (où se réunissent les groupes et commissions politiques)

Concrètement, nos eurodéputés travaillent ainsi les 3 premières semaines du mois à Bruxelles avant de descendre à Strasbourg pour 4 jours de votes. Que du beau gaspillage : en temps de transport, en facture carbone et surtout 200 millions d’euros jetés chaque année pour mener à bien ce va-et-viens entre les deux capitales. Une véritable gabegie qui ne fait que desservir le projet européen.

Trop c’est trop, le parlement doit une bonne fois pour toutes se sédentariser à un seul endroit ! Mais où donc ? A Strasbourg peut-être ? Comme nous l’enseignent les traités européens…


C’est là qu’intervient Edward McMillan-Scott avec une étude et un site web censés apporter un peu de clarté au débat : la « Brussels-Strasbourg Study« , un nom qui impose le respect !

Edward qui ça ? Un eurodéputé britannique, membre éphémère du parti europhobe ECR en 2009, avant de passer à l’ALDE (les libéraux démocrates eurofédéralistes) en 2010… après que ses anciens camarades antieuropéens lui aient refusé la place de grand chef au profit du Polonais Kaminski. Comprenne qui pourra…

L’objet de l’étude

Quelle finalité pour une étude / un site qui se veut être la plateforme ultime en matière de lobbying anti-Strasbourg ? Etrangement, on n’y mentionne guère Luxembourg. Et pourtant, trancher la question du siège unique implique aussi la question des bureaux à Luxembourg. Taper sur Strasbourg, OK, mais quid de Luxembourg ?

Des chiffres aux petits oignons

OK, donc près de 90% des députés exigent un siège unique, mais aussi le droit de le choisir. Dont acte, ce n’est pas moi qui dirai le contraire. Pour rappel, aujourd’hui, seul le Conseil (des Etats membres) a ce droit, à l’unanimité.

L’étude devient encore plus intéressante lorsqu’elle livre ses sources à partir de la page 44/49. Sur les 2.260 personnes (736 députés et leurs assistants) invitées, seulement 417 ont répondu présent, dont 61 eurodéputés.

En d’autres termes, à peine 1 personne sur 5 s’est sentie assez concernée pour répondre au questionnaire et seulement 8,3% des députés ont répondu ! Un chiffre bien mince qui tranche avec l’implacable vérité qu’on voudrait nous imposer. A fortiori quand on observe la répartition complètement équilibrée des répondants : 50,10% des députés étaient en effet britanniques. Dit autrement, 42% des eurodéputés britanniques ont participé à cette étude. No comment.

L’étude et les médias

Bien en a pris en tout cas à l’ami Edward, tout le monde ne parle que de son étude à Bruxelles, à commencer par euObserver, source anglophone d’infos européennes de référence, s’il en est. Avec un titre poids lourd qu’on pourra traduire par : « Plus de 90% du personnel du parlement européen n’en peut plus de Strasbourg« .

Rien que ça ! Et que ça d’ailleurs, puisque Valentina Pop, l’auteur de l’article n’avance aucune méthodologie, aucune explication sur l’origine de ces chiffres. Etonnant pour une journaliste, non ? Comme si Melle Pop avait simplement copié-collé l’essentiel de la page d’accueil de l’ami Eddy.

Au passage, admirez le site : superbe header, n’est-ce pas ? Avec un non moins réussi diaporama en dessous diffusant des images savamment étirées en longueur, contre nature. Visiblement, l’oeuvre d’un stagiaire débutant dans le web…

Pas de doute possible au final, le torchon papier de Melle Pop est bien à l’image de l’étude et de ses promoteurs : racoleur, simpliste, à l’emporte-pièces. Encore une belle campagne de désinformation !

Et sinon, à quand une vraie négociation pour un siège unique du parlement basée sur de vrais chiffres ? Ou simplement un respect des traités européens ?

5 réflexions au sujet de « "Brussels-Strasbourg study", non mais WTF ! »

  1. Merci de nous rappeler la méthodologie! Je penche plus pour Bruxelles mais il n’empêche que cet article apporte sa pierre au débat! Merci encore!

  2. @PA: C’est tout de même triste d’arriver à un tel sensationnalisme, surtout quand on est une source d’infos crédible comme euobserver l’est à la base.

    @Michel: Merci 😉 Faisons avancer le débat sereinement!

    @Fabien: Oui, j’ai vu, mais franchement je préférais la ligne éditoriale originelle du blog étoile, façon revue de blogs. Quel est l’intérêt pour vous de bloguer des articles de presse « light » qu’on retrouvera par ailleurs en « grand format » sur touteleurope.eu et tous les autres gros sites d’infos européennes?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *