La France : nouvelle honte de l'Europe?

On le savait déjà, la France souffre d’un immense complexe de supériorité qu’on retrouve a fortiori dans les grands pays, comme les USA ou la Chine. Un complexe qui semble s’être d’ailleurs amplifié sous cette ère Sarkozy. Mais la France est-elle encore un grand pays ?

Quand le gouvernement français part à la chasse aux Roms…

On n’en parle depuis quelques mois déjà : des Roms renvoyés en masse « chez eux » par le gouvernement français. Et pourtant, jusqu’à preuve du contraire, un Rom reste un citoyen européen. Dès lors, de quel droit ce gouvernement peut-il les renvoyer « chez eux » ? Bien sûr, le squattage de certaines zones est illégal. Bien sûr, un ressortissant européen, passé un certain temps sans travail dans un « pays d’accueil », est invité à rentrer dans son « pays d’origine ». Mais pourquoi donc renvoyer tous ces Roms massivement et systématiquement à la case départ ?

La réponse nous est rapportée par la presse française, le gouvernement s’est fixé d’ambitieux objectifs concernant ces squatteurs : chasser vite, chasser bien, et de préférence les Roms (cf. article Rue 89) ! Une action contraire au droit de libre circulation des citoyens européens et discriminatoire puisqu’elle vise une ethnie en particulier. Une action également absurde, vouée à l’échec face à des populations européennes de toute façon mobiles et qui finiront par revenir. C’était déjà le cas avant que la Roumanie ne rejoigne l’UE en 2007, où la France renvoyait en charter – cette fois, légalement – les Roumains clandestins (Roms ou pas), avec une prime de non-retour. Beaucoup d’entre eux firent profiter leurs familles de cette prime avant de retenter le voyage vers la France… Et que fera la France après 2011 quand la Roumanie aura rejoint l’espace Schengen ?

Avec la mise au clair de cette minutieuse chasse aux Roms, on devine clairement le jeu électoraliste de la droite au pouvoir en prévision de 2012. Cela étant dit, ne tombons pas non plus dans les clichés de générosité où l’on devrait accueillir toutes les âmes en peine venues des quatre coins du monde. Qui aimerait sincèrement voir un camp de fortune géant s’installer à sa porte ? Personne.

Réactions tardives de Bruxelles. Et sanctions ?

Je m’impatientais de voir une réaction européenne. Après l’avertissement récent du parlement européen, voici que Viviane Reding, la commissaire européenne en charge de la justice vient d’appuyer là où ça fait mal, comparant ces convois à des déportations et menaçant la France de sanctions. Des propos exagérés sur la forme, mais pleinement justifiés sur le fond. Pour les anglophones, le discours entier ci-dessous:

Les réactions effarées des responsables français ne se sont pas fait attendre. Que ce soit de la part du secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, Pierre Lellouche, frappé d’amnésie en matière de droit européen (lire Slate.fr) ou encore du président Sarkozy, pensant être malin en suggérant au Luxembourg d’accueillir les Roms… Une attaque pas complètement infondée – le Luxembourg appréciant par ailleurs assez peu les travailleurs frontaliers – mais assez malvenue au vu des circonstances, voire franchement nauséabonde. Le bouquet, une citation de la députée UMP Chantal Brunel : « La France est une nation souveraine qui n’a pas de leçon de morale à recevoir d’une Commissaire qui, je crois, représente un petit pays, 350 000 habitants je pense ». Les petits pays apprécieront…

La France au ban de l’Europe ?

Une citation à l’image de cette « grande » nation en pointe de la construction européenne… qu’elle n’est d’ailleurs plus depuis les départs de François Mitterand et Jacques Delors. La France et l’Europe, depuis 15 ans, c’est une histoire gâchée. La France ne brille plus que par sa condescendance, son mépris évident des institutions européennes et ses refus chroniques de mettre en oeuvre correctement et rapidement les directives européennes.

En 2005, l’Europe, la France en particulier avait beaucoup critiqué l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite en Autriche. Les temps changent. De nos jours, le populisme s’accommode de n’importe quelle couleur politique. Vu de Paris, tous les chemins de la répression mènent aux Roms. La France, elle, emprunte un tout autre chemin, celui de la honte. Vive la république de la bêtise, vive la France !

2 réflexions au sujet de « La France : nouvelle honte de l'Europe? »

  1. Il serait plus objectif de dire depuis le départ de Jacques Chirac que la France n’est plus. Ce grand monsieur a quand même évité à notre pays une guerre inutile en Irak.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *