La co"n"munication européenne

La pause aura finalement été plus courte que prévu. Me revoici en mode slow-blogging, de retour à temps partiel en ligne et complet à Bruxelles comme la photo du précédent billet le montrait. Suite logique après avoir vécu à Strasbourg puis Luxembourg.

Finies les bêtises grand-ducales, ce blog retourne à ses valeurs fondamentales: l’Europe, l’Europe, l’Europe, comme disait le grand Charles ! A peine arrivé, j’en ai profité pour passer hier dans une conférence organisée par l’association forum 311 sur le thème: « Communiquer sur l’Europe: mission impossible ». Un thème de prédilection servi par un beau plateau d’orateurs: Willy Helin (Chef de la Représentation de la Commission européenne en Belgique), Jean Quatremer (on ne présente plus), Michael Malherbe (Consultant en communication et prof à Science Po Lille) et Christophe Thévignot (Consultant en communication chez Publicis).

Que peut-on retenir au final ?

1. Plus que de communication à proprement parler, il faudrait d’abord enseigner l’Europe aux jeunes générations.

2. A défaut de fonctionnaires passionnés par leur job, c’est à nous, « élites » européennes engagées d’évangéliser nos proches en leur expliquant concrètement avec des mots simples ce que fait l’Europe.

Pour le reste, ce sont les problèmes récurrents qui sont ressortis:

  • Pas assez d’information européenne / mauvais traitement dans les médias de masse
  • Manque de fonctionnaires européens et de gens compétents en la matière
  • Communication technocrate et trop technique
  • Surdomination absurde de l’anglais
  • Espace public & politique européen inexistant
  • Manque de figures emblématiques européennes à la Cohn-Bendit
  • Pédagogie insuffisante des élus locaux

En substance quelques phrases choc qui valent mieux que de longs discours:

WH:

  • Communiquer sur l’Europe est « une mission suicide! »
  • « L’Europe du prozac pour tout le monde » => Tous noyés dans des discours soporifiques et inintéressants. Merci le plan D !

MM

  • « L’UE est-elle prête à se déposséder de sa communication ? » => La Commission appréciera au vu de son travail…

CT

  • « La compétition entre le parlement et la commission ne sert à rien » => Continuez à bosser chacun dans votre coin les gars, ça fera avancer la conscience européenne !
  • « Il faut une incarnation » => Sous-entendu Jose Manuel Barroso quelqu’un qui en veut, un pur Européen… Guy Verhofstadt au hasard…

J4M

  • « La Commission doit renoncer à communiquer » => Spéciale dédicace à Margot Wallström…
  • « Ils (la Commission) devraient déposer un brevet (en langue de bois) ! »
  • « On ne sera compris que dans un ou deux siècles » => Peu encourageant mais réaliste
  • « L’Europe n’ose pas se définir par rapport aux autres » => Quelle est notre identité ? Où s’arrêtent nos frontières ? Pas de bol, ce n’est pas au programme de la présidence suédoise !
  • « L’Europe est une pince à enlever les emmerdes » => Comme une pince à épiler, on oublie la douleur (et l’importance de la pince) sitôt l’écharde retirée…

Cette conférence aura aussi été l’occasion de constater le fossé entre une bulle européenne et le(s) peuple(s). La séquence « questions » aura été éloquente. Quasiment aucune vraie question et beaucoup de monologues allant tous dans le même sens… Encore beaucoup d’auto-satisfecit. La communication européenne aujourd’hui est faite par et pour l’élite, qu’on se le dise! Et ce ne sont pas les médias sociaux, Twitter en tête, qui semblent aller a contrario dans l’immédiat.

On a encore du pain sur la planche !

11 réflexions au sujet de « La co"n"munication européenne »

  1. Merci pour ce compte-rendu. Je voulais venir à ce débat mais finalement je n’ai pas pu. Je vois que je n’ai pas raté grand chose 😉 Oui, comme tu dis, il y a encore beaucoup de boulot. Ce qui me frappe dans tous ces débats bruxellois c’est à quel point ils sont unilatéraux. Les orateurs font des monologues bien trop longs, au final il y a à peine le temps pour des questions de la part de l’audience. Et en plus la plupart du temps, l’audience ne pose pas vraiment de question mais en profite pour « s’exprimer ». Au final, pas de réelle interaction, donc pas de débat (à l’exception notoire des débats organisés par cafébabel.com). C’est un peu le même problème pour la communication européenne. C’est déclaratoire, unilatéral, consensuel. Bref, ennuyeux.
    Bon, et bien bonne installation à Bruxelles et au plaisir de t’y rencontrer à l’occasion.

  2. Je vois que ce colloque s’intitule « communiquer sur l’Europe ». Comme d’habitude, le vrai problème est occulté : communiquer en Europe, ou communiquer entre Européens…

  3. @Eurosocialiste: Comme tu dis, tu n’as pas raté grand chose, hormis quelques bons moments de franche rigolade retranscrits en partie dans les citations ci-dessous… J’ai hâte de visiter les débats cafebabel du coup!

    @all: Effectivement, peu d’interaction avec un public conquis et acquis. C’est plus drôle quand on invite des eurosceptiques! On tourne en rond, encore une session d’euronanisme comme je l’avais dénoncé il y a quelques semaines. 🙁

  4. @xtoff, je me rends compte que c’est effectivement assez gonflé 🙂 mais c’est tout le pouvoir d’Internet et des réseaux sociaux! Tu n’as pas besoin de te déplacer pour savoir ce qu’il sait passer.

  5. La conférence était en effet faite par et pour les « élites », on peut le regretter mais je ne pense pas que le but ait été différent (il n’y a qu’à regarder le sujet, les intervenants et la façon très sélective dont l’événement a été diffusé)!
    Je te trouve quand même très blasé Cédric (c’est un peu le leitmotiv de ce blog on dirait!). Certains points soulevés étaient intéressants, et par forcément attendus. Je pense par exemple à MM qui a appelé à « faire le deuil d’une génération » (sic), et J4M que j’ai de plus en plus de mal à suivre en l’entendant dire que la démocratie doit s’exercer avant tout dans un cadre national (donc pas besoin de faire trop de comm). Après, les questions du public étaient assez convenues, je te l’accorde.

  6. @Maëlig: Comme tu dis, cette conférence était élitiste et c’est justement cet « élitisme » qui me blase dans l’absolu. Cela étant dit, les approches de Quatremer (même s’il n’a pas raison sur tout) ou de Willy Hénin étaient rafraichissantes et déjà plus proches du public que certains discours théoriques.

  7. On fait trop souvent le constat amer que les institutions échouent à intéresser le public (et que les médias s’en moquent). On devrait communiquer sur autre chose…que la communication de l’Europe !

    Ces conférences se multiplient, mais pas celles sur l’avenir des transports en Europe (qui connectent les territoires), les projets européens dont les sources de financements pour les entreprises (en crise économique), Erasmus…

    Il est de notre responsabilité, à nous citoyens, de créer cet espace public, et ne pas attendre après les institutions et les médias. A condition, toutefois, de ne pas rester entre nous, entre ceux qui y connaissent quelque chose sur l’Europe !

  8. Des conférences européennes sur des projets concrets comme les transports (ou d’autres sujets du quotidien), il y en a! Malheureusement, mieux vaut être frontalier… Si tu vis en Alsace ou dans la Grande Région, c’est assez fréquent car de plus en plus de politiques locales sont mises en commun au niveau transfrontalier. Si tu habites en France de l’intérieur, c’est sûr que c’est plus compliqué à mettre en place…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *