Jean-Louis Bourlanges quitte le Parlement Européen

Jean Louis BourlangesVoilà le genre de news qui n’intéressera que les quelques eurofreaks, et pourtant… Jean-Louis Bourlanges, l’ex-Monsieur Europe de Bayrou a quitté son mandat européen et c’est bien dommage!

Quand on est l’un des seuls, voire le seul Français député européen convaincu et honnête, on ne passe pas inaperçu. A fortiori au milieu d’une eurodéputation française particulièrement médiocre. Autant dire que la France est maintenant bien mal barrée en matière européenne!
18 ans de loyauté envers l’Europe et jamais la tentation de renoncer à son idéal européen pour finir à Paris comme la plupart des députés européens français qui siègent à Strasbourg à défaut de mieux… à Paris. Un constat tellement parisien, tellement pathétique.

Heureusement, la vie continue et la France se pâme déjà d’avance sur sa présidence de l’Union en 2008! Elle qui devrait plutôt apprendre à faire preuve de modestie.

Jean-Louis Bourlanges semble usé, fatigué de ces égoïsmes, de cette malhonnêteté intellectuelle en France et en Europe. Il s’en explique dans une très bonne interview pour le Monde. Où il ne mentionne pas le référendum perdu autour du Traité Constitutionnel, mais cela semble aussi avoir pesé dans la balance si l’on fait le bilan de ses dernières interventions sur France Culture (cf. L’esprit public).

Allez, je ne résiste pas au plaisir de livrer mes citations préférées extraites de son interview:
« il n’y a plus de moteur dans l’avion »
« le Parlement européen, même s’il ne cesse de grignoter du pouvoir, fait trop souvent figure de porte-avions condamné à faire des ronds dans l’eau »
« L’étoile européenne de Nicolas Sarkozy se perdra s’il se refuse à jouer avec le temps »

Et le clou, sa vision de la politique politicienne européenne en France: « Ma famille politique, « sociale, libérale et européenne », qui a fait pendant vingt ans jeu égal avec le parti chiraquien, gît désormais à terre, tronçonnée en trois morceaux inanimés : entre l’UMP, le MoDem et le Nouveau Centre, les enfants de l’UDF n’ont le choix qu’entre une reddition, une secte et un camp de réfugiés. »

Ca balance pas mal… à Bruxelles! 🙂

5 réflexions au sujet de « Jean-Louis Bourlanges quitte le Parlement Européen »

  1. Bourlanges, Carla Bruni, Bockel, Kouchner, de Robien sont allés à la soupe pour gonfler les rangs de l’ochlocratie française.

    En longévité et en assiduité au PE tu oublies Francis Wurtz, le strasbourgeois. Il ne rate pas une séance de chaque Session. Évidemment il combat l’Europe néo-libérale depuis toujours. A juste titre, par exemple, Bruxelles fait pression sur l’Allemagne pour qu’elle abandonne son système d’autonomie tarifaire rhénan et de cogestion car ils sont des entraves à la libre circulation des capitaux. Et voilà même que Merkel impose le Smic généralisé en Allemagne (qui a été introduit dans le bâtiment à cause de la trop grande vulnérabilité de ce secteur ûe à « la libre circulation des travailleurs »), ce qui est la pire des catastrophes pour le système syndical responsable du peuple allemand et pour ses Tarifverhandlungen. Ceci est mise sous tutelle administrative du droit de contrat privé qu’est le droit du travail. Le système allemand, a depuis toujours été le modèle de croissance, de croissance pour tous.
    ________________________

    Heureux de voir que tu a repris le nom que je t’avais donné: Kadrik

  2. Il ne faut pas pousser mémé dans les orties non plus! Que tu accuses Robien ou Bockel, soit. Carla n’a pas besoin de Nico pour vendre plus de disques.
    Quant à JLB, il a quitté Bayrou parce qu’il pense que s’entêter à être ni de gauche ni de droite de manière jusque boutiste n’amène à rien. Pour autant, il ne quitte pas Bruxelles pour être ministre à Paris, ni pour devenir calife à l’UMP. Si tu l’écoutais à la radio, tu verrais qu’il est tout sauf un béni oui oui sarkozy. Il en a marre des mensonges sur l’Europe, il veut passer plus de temps avec ses proches, il veut laisser sa place à une femme plus jeune que lui. Il est honnête et le sera resté jusqu’au bout.

  3. Lors de la campagne P, Bourlanges a quitté l’UDF pour aller soutenir le NS. Il n’y avait pas urgence ni de nécessité pour lui de le faire. Sa démarche est donc bien moins honorable que tu le veux et qu’il le prétend. JJ Fritz, Directeur du Parlement Européen de Strasbourg est resté du centre et est devenu Orange et est toujours engagé pour l’Europe.

  4. Bonjour,
    Après avoir entendu et écouté Monsieur J.LB. s’exprimer assez longuement sur France-Culture ce matin, j’ai apprécié la clarté, la lucidité, la clairvoyance et surtout le courage de ce qu’il dit à TOUS les français.
    A mon regret, je n’ai pas encore trouvé trace du cercle de réflexion dont le nom est : « Fondation pour le Centre », je crois.
    Ma seule démarche ou suggestion, regarder de plus près les deux ou trois pages que l’Encyclopaedia Universalis consacre à la DÉMOCRATIE. Cela permet de constater que, sur ce sujet, nous sommes encore loin de compte ici et ailleurs.
    Enfin, je rappelle le travail de Raymond Boudon sous le titre : « Renouveler la Démocratie », publié par la Fondation pour l’Innovation Politique. Paris.
    A disposition. Jacques Brillot Né en 1925. j;brillot@neuf.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *