A vendre: dépouille de constitution "ultralibérale" "anticulturelle"

NONJe m’étais juré de ne plus parler de cette débâcle du 29 mai 2005, mais l’occasion était immanquable de ne pas laisser une note à l’attention de « nonniens » prétendument européens.
A l’époque, certains politiques peu scrupuleux ont creusé profondément dans les sous-sols de la bêtise humaine pour affirmer des fantaisies telles que: la Constitution empêche le droit à l’avortement, enterre la Sécurité Sociale…

Aujourd’hui, toujours pas de plan B et les arguments du NON se délient un à un, noyés dans l’actualité. Dernier en date: Jean-Pierre Chevènement (MRC) annonçait en mai 2005 que « la Constitution étrangle le cinéma français et européen ». Même son de cloche au PC qui regrettait que le TCE ne mentionne pas l’exception culturelle française. Comme si la Constitution française le faisait!

L’UE est certes loin de la perfection et de l’efficience. Pourtant, la Commission a reconnu hier le droit et l’intérêt de subventionner le cinéma européen, admettant ainsi que la libre concurrence ne concerne pas un cinéma axé sur la création et la diffusion d’oeuvres de qualité. La France continuera donc à apporter une aide de 500 millons d’euros par an au cinéma français en attendant une refonte du système européen en 2007.

Pour plus d’informations sur le sujet, la Commission a mis en place une page sur ce « programme Media« .

2 réflexions au sujet de « A vendre: dépouille de constitution "ultralibérale" "anticulturelle" »

  1. D’ailleurs puisque tu parles de cinéma, est-ce qu’un jour on saura pourquoi il est interdit de diffuser des bandes annonces à la télé en France ??? d’autant que dans les autres pays de l’UE, c’est justement autorisé…
    En ce qui concerne le TCE, il est vrai que l’on voit disparaitre un à un les arguments nonistes (qui d’ailleurs ne méritent même pas le qualificatif d’arguments mais plutôt de sophisme). Cependant, je n’ai toujours pas non plus entendu de réponse des partisants du oui. On nous parlait de catastrophe, on nous disait qu’un « non » aurait des répercutions atroces. Alors finalement, la vrai question, c’est qu’est ce qui s’est réellement passé en mai 2005… on s’en souvient même plus, et je suis certain que la moitier des gens a déjà oublié quelle était la question.

  2. Salut D’G,

    L’interdiction de diffuser des bandes annonces dans les espaces publicitaires à la télé hertzienne en France tient au fait de « l’exception culturelle française ». Certains pensent qu’empêcher la publicité pour les films à gros budget favorise les films à petit budget qui n’auraient pas les moyens de passer leurs bandes-annonces à la télé. Je suis plus que sceptique, mais c’est ainsi. Si tu as le satellite, tu verras en revanche les bandes annonces sur MTV ou d’autres chaînes.

    Concernant le référendum, tu soulignes un phénomène bien français. Toute l’année, nos dirigeants politiques se défendent de leurs mauvais bilans en accusant Bruxelles. Arrive un référendum européen où ces mêmes politiques crient leur amour pour Bruxelles. Une fois l’échéance passée, le sujet passe à la trappe, broyé par les problèmes sociétaux français qui sont en fait européens et mériteraient des solutions européennes.
    Heureusement, certains politiques honnêtes et pragmatiques n’attendent pas la tenue d’un référendum pour agir et réfléchir dans les institutions ou les associations. Tu pourras par exemple visiter les sites de Pierre Moscovici ou Jean-Louis Bourlanges
    Au final, on ne peut certes pas parler de catastrophe, mais la France est bien isolée, en particulier Jacques Chirac. La France est en veille jusqu’à 2007 et l’UE semble attendre la France en même temps qu’elle peine à sortir d’une crise latente depuis ce 29 mai où le repli nationaliste est devenu la règle.

    Vivement 2007 donc!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *