Quelle place pour les biocarburants en Europe?

Crise pétrolière oblige, on s’interroge beaucoup ces temps-ci sur l’avenir de l’essence dont les coûts financier et écologique sont de plus en plus élevés. La solution, on la connaît à long terme: il faudra remplacer cette essence source de gaz à effet de serre (21% des émissions totales dans l’UE sont liées aux transports) et dont l’exploitation finira de toute façon par coûter trop cher, par une énergie propre et recyclable, probablement l’hydrogène.

D’ici là, il existe déjà des solutions qui vont dans le bon sens de l’environnement: les biocarburants, notamment le bioéthanol ou le biodiesel, également connu en France sous l’appellation Diester (diesel+ester). Quelle différence me direz vous? Le premier est le résultat de la fermentation de betteraves/canes à sucre avec des céréales. Le Diester®, quant à lui, est le biodiesel made in France (encadré par l’Etat dans la cadre du Plan biocarburant) élaboré à partir d’huile de colza ou de tournesol cultivé sur des terres arables ou auparavant mises en jachère.

En creusant un peu le sujet, on découvre d’ailleurs l’existence d’une filière française des huiles et proétines végétales (la Proléa), dont le site web nous apprend notamment que le diester émet 75 % de gaz à effet de serre de moins que le gazole! Ou encore que la production de ce biocarburant ne fait pas monter le prix des céréales contrairement au bioéthanol. Le biodiesel est donc plus social que le bioéthanol dans une économie mondiale où le prix des matières premières alimentaires tend à augmenter. Pour sensibliser le grand public à ces enjeux, la Proléa a d’ailleurs décidé de communiquer à fond sur le Diester depuis la fin septembre. A ce titre, je vous invite à visionner cette vidéo pédagogique qui explique la fabrication du biodiesel.

[daily]k2X8gBvo3xxzttACel[/daily]

Et l’Europe dans tout cela? En 2004, l’Union européenne a produit 2 447 138 tonnes de biocarburants. Et la France n’est pas dernière de la classe! Rien que sur le biodiesel, elle est le 2ème producteur, derrière l’Allemagne, avec 348 000 tonnes produites en 2004. 2ème producteur également de bioéthanol, après l’Espagne, avec 102 000 tonnes. Les moteurs diesel en France roulent en fait déjà au diester avec au moins 5% en volume d’additif depuis 2007 (7,7% d’ici 2010, 10% d’ici 2015). A cela s’ajoutent 8000 véhicules de collectivités et d’entreprises qui roulent avec 30% d’additif, favorisés par une fiscalité favorable.

Soucieuse de réduire nos émissions de gaz à effet de serre ainsi que notre dépendance énergétique vis à vis des énergies fossiles mais aussi de notre principal fournisseur russe, la Commission européenne s’est d’ailleurs engagée, dans une communication datant de février 2006, pour une « stratégie de l’UE en faveur des biocarburants ». Au programme: promouvoir la production et l’utilisation des biocarburants. Un programme qui s’inscrit dans une démarche de développement durable pour l’UE, mais aussi pour les pays en voie de développement producteurs de biocarburants. Un programme qui se veut respectueux « de la protection de la biodiversité, de la qualité des eaux et des sols et de la protection des habitats et des espèces », comme l’indique la Commission.

Le thème du biocarburant fait donc son chemin et on ne peut que se féliciter de cette initiative française de la Proléa en parfait accord avec le cadre européen. Pour autant, la route reste encore longue. La France, premier consommeur européen de diesel a tout intérêt à continuer dans cette voie. Gageons que le reste de l’UE suivra… Gageons surtout que l’UE prendra un temps d’avance pour la suite, car ces solutions restent tributaires du pétrole qui, on le sait, est condamné à long terme. A n’en pas douter, nous verrons ainsi arriver très bientôt des moteurs bi-carburation électrique/biocarburant. Et après demain?
Article sponsorisé

Une réflexion au sujet de « Quelle place pour les biocarburants en Europe? »

  1. Ah le bioethanol… Une belle arnaque dont pâtiront les pays les plus pauvres comme d’habitude.

    Par contre je ne connaissais pas le Proléa, il va falloir que je me penche là dessus 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *