La télévision publique européenne est morte

Maintenant une quinzaine de jours que le pavé est dans la marre. Nicolas Sarkozy veut débarasser les chaînes de radiotélévision publiques françaises de toute publicité.

La météo présentée par Darty, ce sera bientôt fini! Le service public français ne rimera plus avec le contrat de confiance. On nous rabâche que le spectateur veut du culturel, du théâtre, etc… mais ne le regarde finalement pas quand on le lui propose. Apparemment, l’arrêt de la publicité devrait mettre un terme à cette médiocrité intellectuelle. Une médiocrité qui passera alors officiellement à 100% sur les chaînes privées. A quoi bon continuer à consulter Médiamétrie si l’on ne s’intéresse plus à l’audimat?

La France aura-t-elle pour autant un bouquet de chaînes à la mode Arte, sans coupure pub? Les pauses pipi d’avant film sont-elles belle et bien finies? Sortez le bocal!

Et puis comment compenser les 800 millions d’euros perdus dans la manoeuvre? Dire que le président de France TV, Patrick de Carolis, se plaignait, lors de son intronisation, du manque de fonds et recommandait une augmentation de la redevance en prévision notamment de la TNT et de la Haute Définition! Constat tragique, décision illogique? Ou comment compléter un manque à gagner sans augmenter une des deux sources de recette (la redevance)? Simplement en supprimant la 2ème source… Autant se tirer une balle dans le pied!

Pour compenser, les Français devraient alors hériter de taxes minimes sur tout ce qui permet de regarder la télévision: téléviseurs, téléphones portables… Voire même les disques durs ou encore les connexions internet. Ces dernières sont en effet les moins chères d’Europe, taxons les gaiement! Car contrairement à la taxe sur les supports numériques de stockage, il est certain que cela ne tuera pas le marché national. Mais pourquoi donc vider une barque pour en charger une autre? Pourquoi donc cette complication si ce n’est que pour empêcher de faire une pause pipi avant film?

Dans d’autres pays, comme le Luxembourg, les chaînes publiques sont au nombre de deux et… gratuites. En compensation, la plupart des spectateurs souscrivent des abonnements au câble ou installent une parabole gratuite. C’est sûr, la télévision publique européenne est mal en point… On cite souvent la BBC en exemple, mais qui demande près de 200€ (contre 116 en France) aux téléspectateurs et n’hésite pas à faire dans le divertissement et la télé réalité pour justement pouvoir faire du culturel.

Finalement, on s’embête peut-être pour pas grand chose! La télévision publique européenne n’est-elle pas déjà morte?

Une réflexion au sujet de « La télévision publique européenne est morte »

  1. Cette décision aurait pu avoir du sens si cela était compensé par une taxe élevée prélevée sur les profits des chaînes privées. Genre 40% des recettes publicitaires de la Une et de la Six vont dans les poches de France Télévisions…

    Mais bien sûr comme ce n’est pas pour la culture mais pour le portefeuille de Bouygues que Sarkozy fait cela, c’est bien la dernière des choses qu’il fera.

    Bref, tout cela c’est un peu une réponse à la question : comment faire pour que les Français financent mon pote Bouygues ? On prend l’argent de FT pour le donner à Bouygues et on remplace l’argent de FT par l’argent des Français. Ni vu, ni connu, on vient d’inventer l’anti-Robin des Bois, celui qui prend aux pauvres pour donner aux riches !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *