Encore combien de morts avant une politique européenne d'immigration?

barque canariesLes couleurs de la photo ci-contre vous plaisent? Leur histoire vous plaira beaucoup moins.

Depuis plusieurs mois, l’Espagne vit au rythme de l’afflux d’immigrants au large des îles Canaries. Venus du Sénégal, entassés par centaines sur des barques de fortune pour 10 jours de traversée durant lesquels certains meurent de faim, de soif ou d’épuisement.

Depuis janvier, le pays a du faire face à l’arrivée de 23.000 immigrants africains et ne peut que regarder, impuissante, les centaines de morts s’échouer sur ses côtes. L’Europe se tait, la France critique, personne ne fait rien! Combien de temps encore allons-nous tolérer cela?

Vers une police des frontières européennes?

Avec l’espace Schengen, la plupart des Etats de l’UE ont renoncé à leurs frontières intérieures, ce qui a déplacé la question des frontières vers l’extérieur. En théorie, les 25 sont solidaires dans la surveillance des frontières extérieures. Les Etats « centraux » devraient ainsi aider les Etats « extérieurs » (en particulier la France, la Pologne et les pays d’Europe du sud) en cas de difficultés. Mais ils ne le font pas!

Point positif: depuis le 1er mai 2005, l’UE a ouvert à Varsovie la Frontex: l’Agence européenne pour la coopération opérationnelle aux frontières extérieures qui doit promouvoir les collaborations entre les polices nationales afin de mieux surveiller les frontières extérieures de l’UE. Son baptême aura été rapide. Dès cet été, des troupes italo-finlandaises ont apporté leur aide aux Canaries. La France, comme toujours 1ère de la classe, n’a rien fait hormis critiquer dans le vide par la voix de son ministre de l’Intérieur. Extrait du discours de Nicolas Sarkozy, le 8 septembre dernier:

«Que les Etats qui se sont livrés à des régularisations massives sans demander l’autorisation ou même l’avis de leurs partenaires ne s’étonnent pas aujourd’hui de se retrouver en première ligne des flots de régularisation massive.»

L’idée de l’appel d’air, par ailleurs soutenue par l’Autriche, n’est certainement pas fausse, mais ces propos sont stériles et déplacés dans une UE où chaque Etat est maître de sa politique d’immigration, a fortiori quand cet Etat fait appel à l’aide de ses voisins européens.

Vers une politique européenne d’immigration?

Mr Sarkozy n’aurait certainement pas apprécié recevoir des conseils de l’Espagne ou d’un autre pays en matière d’immigration. En vérité, l’Espagne qui a du laisser des milliers de sans-papiers « dans la nature » est aussi impuissante que la France. L’UE n’a aucune politique, aucun pouvoir en matière d’immigration si ce n’est à l’unanimité.

Ces dernières années, l’UE a démarré un processus d’harmonisation en matière de visas ou de droit d’asile. Pourquoi ne pas enfin régler la politique d’immigration au niveau européen? A quand les consulats européens uniques par exemple?

Certes, une politique européenne d’immigration aurait l’inconvénient de centraliser un problème qui touche différemment les pays de l’UE. Difficile a priori de décider à Bruxelles du nombre de régularisations, d’autorisations à accorder pour une région, un pays donné. D’un autre côté, l’UE étant un espace de plus en plus unifié, notamment par l’espace Schengen, que vaut ce raisonnement quand on sait qu’un immigrant débarquant en Espagne passera sans problème des postes-frontières désormais anecdotiques?

Car finalement, la question des besoins démographiques et économiques n’est pas tant nationale que régionale. De même que l’immigration n’est pas toujours autant « subie » qu’annoncée. Le fait que l’Espagne ait autant régularisé ces deux dernières années (près de 800.000 personnes, majoritairement des latino-américains) tient aussi à la nécessité d’une main-d’oeuvre peu chère car nombreuse et peu qualifiée. Même s’il est de mauvais ton de le dire, la France s’accomode également bien d’une main-d’oeuvre immigrée illégale prête à travailler pour un salaire de misère.

Un sommet européen de façade

Jeudi dernier, les 25 ministres de l’Intérieur de l’UE se sont retrouvés à Tampere en Finlande pour trouver une ligne commune sur l’immigration. Les 25? Les 24 en fait puisque le ministre français, Nicolas Sarkozy, en bon gaulliste, a fait la politique de la chaise vide. Il est tellement plus facile de critiquer un soit-disant laxisme de l’Espagne sans venir en discuter en face… Ce qui ne l’a pas empêché de se rendre le lendemain à Dakar pour négocier un accord vite fait avec le Sénégal. L’Espagne peut se débrouiller seule. La France gère son « problème » dans son coin! Ces deux poids, deux mesures n’augurent rien de bon et me font douter de l’honnêteté de son discours bruxellois d’il y a quelques semaines.Les 25 moins Sarko ne se sont donc pas mis d’accord pour un objectif pour 2010. L’Allemagne pourtant plutôt en faveur d’un vote à la majorité qualifiée traîne des pieds et se borne à vouloir adopter le TCE avant toute chose. Vive l’unanimité!

L’UE fait preuve d’égoïsme. L’Espagne menace de laisser les vannes de l’immigration ouvertes tant qu’aucune réponse européenne ne sera apportée. L’Italie, la Grèce et Malte, également dépassées, attendent l’aide européene promise. Franco Frattini, le commissaire européen chargé de la Justice et de l’Intérieur a approuvé la mise à disposition de moyens humains et financiers pour venir en aide aux pays d’Europe du sud. Reste à voir les actes.

Vers un échange nord-sud

Le débat concerne donc principalement l’Afrique pour qui l’Europe, même accablée par le chômage, apparaît comme l’eldorado. L’immigration zéro n’existe pas et il est certain que les régularisations massives (ou pas) ne décourageront pas les candidats à l’immigration.

L’Espagne a signé un arrangement avec le Sénégal pour empêcher l’immigration à la source. Ce qui devrait au moins empêcher les morts échoués. Mais nous le savons tous, les migrants clandestins quittent la misère de leur pays. La question n’est pas de savoir comment « murer » l’Europe ou comment sélectionner les bons des mauvais candidats, mais comment aider l’Afrique à se développer pour que cesse la pauvreté et la tentation naturelle de chercher une herbe plus verte ailleurs. Mais aussi comment punir les passeurs? L’UE promet de verser 45 millions d’euros. L’Allemagne, premier contributeur financier toujours plombé par sa réunification n’a plus les moyens. Nicolas Sarkozy a promis 2,5 millions au Sénégal. Et ensuite?

Nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde, comme disait Rocard, mais tôt ou tard il faudra nous doter d’une politique d’immigration européenne et développer un véritable partenariat Europe-Afrique. A tort ou à raison, la France peut renvoyer autant d’immigrés illégaux qu’elle veut. Elle sera éternellement redevable de quelque chose à l’Afrique. A l’Europe, avec la France en tête, de proposer des plans de développement. Si on en profitait dans la foulée pour virer les derniers dictateurs africains?

6 réflexions au sujet de « Encore combien de morts avant une politique européenne d'immigration? »

  1. Et si nous commencions par avoir une potique sereine, honnête vis à vis des états africains?
    C’est là qu’il faut être actif.

    Les murs sontr faits pour être abattus. Ne faisons pas comme BUSH AVEC UN MUR DE LA HONTE

  2. Enfin un texte qui est digne d’un européen mécontent et surtout conscient des responsabilités internationales de l’Europe face aux PED et aux Pays ACP.

    Une réflexion de fond doit être conduite sur l’immigration.

    Mais nous devons aussi veillez à ce que l’Europe n’impose pas à partir de décembre 2007 les Accords de Partenariat Economique (APE) qui englobent les clauses de l’OMC, mais en plus les clauses tellement plus restrictives de l’AGCS-plus et des ADPIC-plus. L’Europe se conduit maintenant à ce niveau comme une superpussance et jette dans la pauvreté et le chômage des pays entiers et les prive de leurs souverainté alimentaire.

    L’Europe doit respecter la Charte de la DUDH (Déclaration Universelle des Droits de l’Homme) et donc veiller à reconnaître la primauté de cette Charte face à tous autres accords internationaux. L’Europe, ne le fait pas. Il ya donc de quoi être « mécontent ». Il existe une pétition et – je me répète, mais dans ce fil – que les lecteurs de ton site viennent sur mon site pour la signer et pour s’informer.

    Au fait, Cédric, quelle est la position des Jeunes Européen F et de Taurillon à ce sujet des APE, qui ne sont que la déclinaison européenne des ALE, Accords de Libre Echange, qui contournent et renient tout simplement l’OMC, qui n’était elle-même pas un point d’honneur pour permettre l’accession au développement, au développement durable pour les PED et les Pays ACP? Nous ne pouvons tout de même pas autoriser l’Europe à casser l’intégration régionale des ces pays!

  3. NoN à l’immigration qui est une réelle invasion !
    Messieurs vous devez être des bourgeois vivant dans des quartiers blancs, l’immigration ne vous dérange peut-être pas, nous si, habitants dans des endroits où les français sont en minorité !
    vous paierez tôt ou tard ce que vous faites !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *